Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 14 mai 2018 jour de chance

Denis Vallier

      On vit une époque formidable !... Le seul véritable apport incontestable du progrès, c’est le confort d’une vie de prince d’autrefois à la portée de tout un chacun et des caniches. A condition toutefois d’être né au bon endroit et dans la bonne famille… Le meilleur confort de quelques-uns justifie-t-il tout le reste ? Il nous faudrait trois planètes pour satisfaire nos besoins actuels qui ne font qu’augmenter encore et encore. N’importe quel gamin se rendrait compte que quelque chose ne va pas. Mais le véritable bouleversement est ailleurs : les deux, trois générations de l’après-guerre, c’est-à-dire les enfants nés entre 45 et 90, sont les ultimes êtres humains sur terre. Ces générations ont mangé plus et mieux, ont grandi vite et bien, se sont multipliés plus vite encore, ont construit vite, vite et plus grand que toutes celles qui ont précédé. Tout a été nouveau, jamais vu avant eux et toutes les nouvelles choses étaient mieux que les anciennes. Ce sont les dernières générations d’humain à avoir pu avancer les yeux fermés, peu importait ce qu’ils rencontraient et les conséquences de leur activité. Si nous continuons à nous voiler la face en souriant bêtement, personne ne viendra éteindre la lumière pour nous dire que la fête est finie. Nous sommes en sursis et nous dilapidons les derniers vestiges de la fortune de nos ancêtres. Nous nous sommes construit un monde à notre façon, mais nous avons trop vite retiré l’échafaudage. Une seule fausse note et notre belle symphonie est à jeter. Nous sommes les dernières générations charnières mais un jour, croyez-en Cassandre, la chance va tourner car ce monde est dans un équilibre très instable que seule sa vitesse folle autorise. Comme tout est en réseau, au moindre pépin, au moindre grain de sable, une réaction en chaîne effondrera le fragile édifice : nous l’avons vérifié pour la Finance, nous pouvons très bien le voir pour l’électricité ou l’informatique et ce sera autrement dramatique…

Page du 14 mai 2018 jour de chance

      La dernière de ces générations a mis au monde des enfants-rois encore plus avides et suffisants que leurs parents, une armée de mini-tyrans qui ne les aiment même pas, qui ne vivent que pour satisfaire leur propre personne. L’humanité telle que nous l’avons connue est en train de disparaître. Cela prendra du temps, mais elle sera remplacée à terme par un homme-dieu qui ne sera pas forcément plus heureux mais qui aura un pouvoir technologique immense. Ce sera alors la fin de la dictature des limites, du vieillissement, de la souffrance, et même de la mort. Le nouvel homme pourra tout obtenir par une capacité d’action illimitée jusque dans le cosmos. Ce n’est plus une vision d’auteur de Science-Fiction, c’est le prolongement de courbes de statistiques tout-à-fait sérieuses. Nous assistons donc en direct à un changement de civilisation. Quelle chance !

      Comment encore redonner à la beauté (force de légitimité du vivant) une place et un rôle dont elle semble aujourd'hui dépossédée ? Comment encore envisager le rêve dans les limites de la Nature que le réel impose ? Il est plus qu’urgent de réfléchir aux implications qu’entraine ce bouleversement inévitable. Nous ne pourrons y échapper car il est quasiment impossible d’interdire et même de limiter la technologie mais comment préserver l'esprit critique de la toxicité algorithmique ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires