Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 18 mai 2018 jour de l'homo-deus

Denis Vallier

      Nul besoin d’attendre encore et encore la venue ou le retour du Christ : l’homme-dieu est déjà parmi nous, peut-être en avez-vous croisé sans le savoir. Le transhumanisme est une idéologie démiurgique qui veut donner à l’homme un pouvoir absolu sur la nature et sur sa propre nature, qui veut faire de l’homme un homo-deus. Cela passe par l’augmentation de ses capacités physiques et intellectuelles ainsi que son accession à l’immortalité, comme ça, en passant rien que ça... C’est une idéologie de nature manifestement religieuse : je m’avance sans filet car je n’ai qu’une intuition, mais comment ne pas y voir la patte de la Dianétique et de la Scientologie de ce bon vieux Ron Hubbard ? Quelques indices poussent à y croire : les Américains sont très portés sur la religion, la Silicon Valley est plus un centre religieux qu’une zone industrielle de pointe et, avec ses stars branchées Scientologie, Hollywood est à deux pas. De manière surprenante, les transhumanistes se situent politiquement à gauche (et sur l’échiquier américain, carrément à l’extrême gauche) : à moins que ce ne soit pure démagogie, ils recherchent l’augmentation et l’immortalité pour tout le monde et non pour une élite même s’ils espèrent manifestement être servis en premier. Nous sommes donc loin des nazis voulant fabriquer un surhomme écrasant le monde sous sa botte. Non, ils veulent l’augmentation cérébrale et l’immortalité remboursées par la Sécurité Sociale !

Homofélin

Homofélin

      C’est donc une idéologie fondamentalement égalitariste ; ne nous leurrons pas, il sera très difficile de s’y opposer : en effet, quel naufragé accroché à sa bouée refuserait toujours plus de confort, toujours plus de bien-être et toujours moins de souffrance dans cette vallée de larmes grâce à quelques cellules souches ou au prix d’un petit implant derrière l’oreille ? Au nom de quoi s’accrocher à ce qui nous dessert et nous fait mal sans être masos, stupides, arriérés ou fanatiques? Nous ne sommes qu’aux prémices de cette révolution culturelle, mais quand on a la puissance d’entreprises comme Google dans les reins tout peut aller très très vite. Nous participons indirectement à tout cela, ne l’oublions pas quand nous cliquons innocemment sur ce bouton de recherche…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires