Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 21 mai 2018 jour du grand singe bipède

Denis Vallier

      Je ne suis qu’un dos argenté de l'espèce grand singe bipède autoproclamé homo sapiens sapiens, qui sait qu’il sait qu’il sait etc.… mais qui se met souvent le doigt dans l’œil et pourtant, j’ai également et douloureusement, la vague impression de n’être sur cette planète, que pour servir de support partiel et éphémère à la Conscience de l’entière Création qui nous entoure jusqu’aux limites extensibles de cet univers. Sans mon regard j’ai le sentiment que tout retournerait à une longue attente minérale, pourtant je sais bien que je suis apparu bien après tout cela, que j’en suis le produit, que les couleurs existaient bien avant mes yeux, qu’elles avaient même une histoire. Mais mes yeux doivent l’inventer, la fouiller dans le détail. Écartelé entre idéalisme et matérialisme, je n’ai que ma vie sur quoi m’appuyer. Ce qui compte, maintenant, c’est que je vois, que je porte attention à ce qui est là et que je peux me demander si ça le serait encore en mon absence. Un proverbe russe recommande judicieusement de ne pas tout accrocher au même clou. La réalité est-elle russe ou se joue-t-elle à la roulette ?

Photo d’ Oleksandr Hnatenko

Photo d’ Oleksandr Hnatenko

      Une bonne âme disait poétiquement au monde « je suis une fontaine et toi mon jardin… ». Elle crut entendre le monde qui ne manque pas d’humour lui répondre par l’intermédiaire du Manneke Pis « tu es ma source et je suis ta joie ». Suis-je dans un monde réel créé mystérieusement par ce je ne sais quoi ou dans un monde fictif inventé par mes sens ? Déjà enfant je me posais la même question : tout cela est-il réel ou n’est-ce qu’un rêve, un tour que me joue mon imagination ? Et je ne suis guère avancé : j’en suis encore à me demander après tant et tant d’années s’il me faut questionner le monde pour savoir qui je suis ou bien me questionner moi-même pour savoir ce qu'est le monde ? Ou bien tout cela forme-t-il un ensemble hétérogène, hétéroclite, incompatible, voire incongru ? Avec la prépondérance que prend le virtuel sur le réel, je plains les enfants de demain… Quelles questions pourront-ils encore poser à leurs écrans ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires