Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 11 septembre 2018 jour du souvenir

Denis Vallier

      Bien sûr la vie, brève et fugitive, est tragique au final, mais qu’y faire sinon sourire et s’émerveiller malgré tout ? Ce n’est qu’un cul blanc de lièvre qui s’échappe furtivement dans la brume du petit matin. Constat biblique : nous ne laisserons pas plus de trace de notre passage que mes fourmis écrasées, qu’un caillou ricochant sur l’eau, qu’une hirondelle dans le ciel, qu’un lézard sur un rocher brulant… ou alors, peut-être, avec un brin de chance, le contour d’un corps à la craie sur le bitume, ou la tache de couleurs ternies d’un de ces incongrus petits bouquets de fleurs plastiques fatiguées éparpillés le long des routes comme autant de morceaux de mémoire égarés. Le dessin à la craie et le bouquet sont fils du deuil, ils conjurent une séparation et veulent recoller une déchirure. Il y a tant de morts sur la route qu’on va bientôt nous obliger à rouler sur les trottoirs. Finalement, s’endormir au volant ou mourir dans son lit, quelle différence ? Il nous faut bien dormir pour notre santé, mais, même en dormant, je veux vivre encore, pas question d’y laisser la peau… Mourir en dormant… quel drôle de rêve on doit faire…

      D’ailleurs, en ce qui concerne mes obligations, je ne fais pas que dormir : éventuellement, il m'arrive comme à tout un chacun de pisser aussi, et parfois contre un arbre de bon bois ou bien je le fais virtuellement sur ce clavier. Pour autant, de manière aussi vile, je ne laisse ainsi aucune trace de moi-même à la postérité même si l’idée m’en traverse l’esprit : les idées qui me traversent et que je répands ici ne sont pas plus les miennes que l'urine épanchée sur le tronc d'arbre. Il s'agit dans les deux cas du résidu assimilé de quelque chose qui avait été absorbé auparavant. Je semble discréditer mon urine mais finalement c’est à tort car si j'étais abeille je parlerais du miel qui est un excrément bien plus noble et présentable.  A notre époque, il est de bon ton de laver son linge sale en public et ceci rapidement avant que les tâches ne s'incrustent. Peut-être parce que « les linges qui sèchent mouillent les cordes », hé hé !

      En conclusion intermédiaire, il ne nous arrive rien ou si peu... et c'est toujours bien plus passionnant que la vie éternelle de l’hydre d’eau douce ! En souriant et du haut de sa grandeur de visionnaire, De Gaule voyait bien plus loin que mon jet pitoyable : « Après ma mort on édifiera une croix de Lorraine à Colombey-les-Deux Églises. Elle appellera les lapins à la résistance. »…

Page du 11 septembre 2018 jour du souvenir
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires