Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 19 septembre 2018 jour sur les ondes

Denis Vallier
"Plis" par Lucie Nechanicka...

"Plis" par Lucie Nechanicka...

      Ronds de rêve dans l'eau, ricochets, éclaboussures que des cailloux causèrent au bout de leur trajectoire… quoi donc encore mains sales et facétieuses ! Une main lave l’autre et les deux le visage, mais vous croyez-vous disculpées pour autant ? L’onde de tous les cailloux jetés dans la mer circule encore de nos jours, toutes nos vérités éternelles même murmurées à l’oreille, aussi, mais alors faiblement, si faiblement qu’elles sont devenues imperceptibles. Les paroles s’envolent dit-on, mais une onde, un son s'éteignent-ils vraiment ? Ou bien de plus en plus ténus se propagent-ils à l'infini ? S’ils ne s’éteignent pas, où donc vont-ils ? Y a-t-il quelque part dans l'univers, des réserves de sons, des bibliothèques de paroles accumulées comme ce continent d’ordures au milieu du Pacifique ? Où refluent les vagues et où dort le vent quand il se repose ? Où se cachent les derniers souffles expirés et les mots de la fin depuis tant de millénaires? Est-ce au centre de ma folle cervelle ou de mon imagination que ce concentrent tous ces murmures ? L’odeur, c’est ça ? Et allez ! Tout le monde s’en balance, comme quand ce pauvre Monsieur Roberval est mort !

      De toute façon, le vent ne dort jamais, c’est sûr sinon ça se saurait ! Simplement, il recule, gratte un peu la terre et prend de l’élan avant de soulever puissamment encore et toujours les flots contre les falaises. Les roches, elles, paraissent imperturbables, immuables, invincibles à l’échelle de l’instant. Elles semblent remporter victoires sur victoires, mais quiconque réalise le pouvoir du temps, en saisit la profondeur, sait qu’à long terme, la constance infinie du plus modeste des clapotis finit toujours par avoir raison de l’apparente éternité des pierres. Tout lime, tout s’use, tout n’est qu’histoire d’ondes, de temps et de caresses.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires