Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 23 septembre 2018 jour du mouvement perpétuel

Denis Vallier

      Il ne suffit pas de conjuguer le verbe être pour parvenir à exister, pour cela, l'homme doit faire, agir, se battre contre les autres, les dépasser, se dépasser. La situation où il s’est placé l'insupporte et il doit bouger perpétuellement. Le mythique mouvement perpétuel ne peut avoir pour moteur que le temps, du moins, je l’imagine. Eh bien, en respectant cette contrainte, l'homme est en lui-même un mouvement perpétuel prédisposé à la morale et parfois à l’humour. Le mouvement perpétuel, c'est cela son idéal. L'action, l'avancée permanente comme pour toute forme de vie, il n’a été fait que pour et par ça. Mais l’homme est un système vital un peu plus abouti que la plupart et il le ressent, c'est une conséquence de sa conscience. C’est ce moteur qui a fait sa suprématie, et en même temps sa faiblesse et peut-être sa perte, un accident est si vite arrivé. Faiblesse pour ceux qui doutent de la nécessité de toute cette puissance motorisée sous le capot quand on est limité à 80. Ce doute ne les amène qu'à mal être eux-mêmes et à ne pas se sentir vraiment chez eux parmi les hommes…

Merci à Claude Serre pour son humour noir

Merci à Claude Serre pour son humour noir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires