Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 1er janvier 2019 jour des vœux

Denis Vallier

      A chacun ses drogues : même si ce n’est pas perceptible au premier coup d’œil, j’ai choisi la dérision et la rigolade. Les sages et les philosophes ont bien pensé à la méditation ou à une réflexion existentielle; mais c’est bien trop lent, trop laborieux, pas assez performant ! Une conscience évoluée nous fait considérer l’idée de la souffrance et de la mort avec sérénité mais par contre, une conscience que j’estime supérieure nous donnera l'art d'en rire comme lors des enterrements, de faire, de son vivant, le deuil de sa propre mort… A chacun de décider au seuil de chaque année comme à chaque réveil, si tout est grave ou si rien ne l’est en ce monde. C’est toujours un travail mais facilité par le rire distrayant, voire franchement marrant. Doux, perlé, aguichant, en cascades, en roulades, fou, puissant, étouffé, moqueur, jaune, de façade, impulsif, convulsif, hoquetant, délirant, tonitruant, amusé, condescendant, distrait, muet, bestial etc... etc... C’est le rire des Devos, des Desproges, des Coluche, celui que combattait l’Eglise dans « Le nom de la Rose » d’Umberto Eco. Que c'est bon de rire, de s'esclaffer, de s'étouffer à en pleurer ! Parfois, j’en ai mal au ventre !

      Un jeu de maux peut-être ? Mais il faut bien combler l'infortune divine : se divertir grassement au buffet des vanités, alimenter tous les vecteurs de la fuite, surcharger de niaiseries le vide infini qui s'agite. Et, puisque c’est l’époque des vœux frais, que cette année 2019 nous apporte donc son lot de sourires, ses cascades de rires, ses montagnes de rigolades, à nous en faire péter la sous-ventrière. Le meilleur dans cette vie nous décoiffe, je vous souhaite de superbes catastrophes capillaires !

Page du 1er janvier 2019 jour des vœux
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires