Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 22 janvier 2019 jour au bar

Denis Vallier
Image de Derek Brahney

Image de Derek Brahney

Icare et l’albatros

Et le vin et l'oiseau nous sont deux rêves d'ailes.
Icare au cerveau lent, aux semelles de plomb,
C'est aux comptoirs des bars que nos têtes se fêlent,
S'emplissent nos panses de bières et de houblons.

Tandis qu'impossibles se mêlent en nos veines
L'albatros et le vin, la chouette de Minerve
Renonce à l'aérien et dépitée observe
À sa patte accrochée une pesante chaîne.

Aveugles titubants au bord du gouffre amer,
Sous nos mots trébuchants, se dérobe le sol.
Ridicules et laids de trop mimer l'envol
Nos moignons ridicules s’agitent dans l’éther.

Est-ce d'avoir compris que tout était possible?
À cracher sur l'oiseau qui pouvait servir d'âme
Et prendre en riant son ombre pour la cible
Un écrasant savoir nous cloue au macadam.

Est-ce d'avoir trop moqué la petitesse humaine?
Mais cet éclat d'azur entr'aperçu s'échappe
Et nous voici rongés aplatis sous la chape!
À tout jamais meurtris plein de peine ou de haine.

 

      À trop tirer une tête de douze pieds de long on a la cervelle qui fige et qui a un cerveau lent ménage sa tonsure. Il y a ceux qui ont vécu… et ceux qui ont duré. Le résultat est le même. Les éphémères, ces brefs insectes, doivent avoir une vie amoureuse manifestement très intense pour que la nature n’ait pas jugé bon de les doter d’un tube digestif… Pour ma part, le seul danger qui me guette, le seul sport extrême que je m’autorise, est de contredire ma femme deux ou trois fois par an.

(Image de Derek Brahney)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires