Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 25 janvier 2019 jour en équation

Denis Vallier

      Pendant qu’on est là, tranquilles, à s’envoyer des mojitos, des ordinateurs surpuissants moulinent leurs algorithmes pour mettre le monde en équations. Un jour, ils n’auront plus rien à se mettre sous le circuit, mais ils auront beau tourner pendant des siècles, ils ne pourront toujours pas nous expliquer pourquoi un coucher de soleil est beau ou nous dire si notre vie a un sens. Heureusement, dans cet océan d’équations surnageront des inconnues. Ils mettront la vie en équation mais les variables demeureront inconnues, par contre, ordinateur ou pas, une chose est d’ores et déjà établie : la solution égalera toujours zéro ! Malgré tout,  on veut quand même croire que ce n’est pas pour rien que nous sommes là, que nous vivons, que nous nous agitons. Mais quand on apprend qu’un jeune, riche et célèbre joueur de foot professionnel se perd en Manche comme le dernier des clodos, nul besoin de longues études pour comprendre : avant même d’y réfléchir, on en vient à se dire qu’il n’y a pas à donner un sens à sa vie, qu’il vaut mieux se contenter de ce que l’on est, de ce que l’on a et que c’est très bien ainsi.

      Autre formulation : « La vie n’est qu’un infâme bordel au pays de Murphy ! ». Cela veut-il dire qu’on en perçoit le sens ou qu’on exprime qu’on n’y trouve aucun sens ? Mais qu’est-ce que c’est que ce sens qui nous obsède ? Pourquoi nous faut-il percevoir, trouver, donner un sens à toute chose ? Trouver un sens à ce qui se passe ? Donner un sens à ce qu’on fait en gros comme en détail ? Serait-ce de trouver une adéquation, ou tout au moins une relation, entre ce qui se passe et ce qui nous arrive ? Est-ce une finalité, ou un outil anti-frustration, anti-absurdité ? J’ai beau tenter de juguler cette profusion de ???????, la pression monte, j’en lâche encore une bordée…

      J’admire la bouche ouverte ceux qui peuvent affirmer « Ma vie a un sens ». Cela veut dire quoi, au juste ? Qu’ils ont trouvé un but, une finalité à leurs actions ? Qu’ils participent à quelque chose de supérieur qui les dépasse ? A la grande aventure de l’humanité ? A son Histoire ? A l’évolution ? Qu’ils ont trouvé au minimum un intérêt à « faire » ? Et, insidieusement, on en revient au divertissement ou à la diversion … La vie aurait donc un sens? A bien l’observer, on se rend compte en tout cas qu’elle n’a pas de sens unique : elle s’en va dans tous les sens. Serait-ce donc un contresens que de ne lui en donner qu’un seul ? Depuis son rond point Raymond Devos en panne des sens confirmerait et ce ne sont pas les Gilets Jaunes qui le contrediraient. Ce contresens, c’est bien ce qu’on appelle une erreur ? Comment définir un contresens ? Le contraire de la vérité, ce n’est peut-être pas l’erreur… serait-ce plutôt la confusion ?

Et dans tout ça, la (les) philosophie(s) sensée(s) défricher des terres inconnues et ouvrir des voies, serait-ce le Bal des Erreurs ou la Symphonie des Confusions ? Je parle là, bien sûr, de celles qui assènent des « Vérités » et qui connaissent LA réponse… Je leur mets de côté une inépuisable flopée de ???????? !

Page du 25 janvier 2019 jour en équation
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires