Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 4 décembre 2019 jour de rugby cérébral.

Denis Vallier

      Deux équipes de rugby sont deux forces collectives en mouvement sur un échiquier, avec non pas un Roi d’une autre couleur à viser comme objectif, mais l’en-but à conquérir ou à préserver. L’en-but adverse, c’est la pelouse du Paradis mais il faut la mériter aussi bien que le Roi car les règles favorisent sa défense à proximité : les derniers mètres sont souvent les plus durs à franchir. Les deux jeux sont aussi complexes l’un que l’autre mais en plus, le rugby est en 3D et le terrain souvent glissant. Outre la préparation physique et mentale, le défi pour l’entraîneur comme pour le joueur d’échec est de mettre en place une structure adaptée à l’adversaire du jour et de se débrouiller pour qu’elle fonctionne par elle-même. C’est bien sûr une vision idéale de l’enjeu pour le rugby car il faut sans cesse réajuster finement les réglages au fur et à mesure que s’accumulent les impondérables. Tout comme les pièces sur l’échiquier, les deux équipes se positionnent stratégiquement pour essayer continuellement de déstabiliser l’autre tout en préservant son propre équilibre. Tout comme les pièces, les joueurs ont des morphologies et des caractéristiques différentes pour assurer des fonctions différentes mais là, les pièces sont vivantes avec des personnalités et des particularités d’une grande variété qui, pour simplifier les choses, évoluent au cours de la partie…  Les caractéristiques propres à chacun à un instant donné se retrouvent mises ainsi au service d’un collectif par une dynamique de groupe. L’intérêt du groupe est d’orienter le jeu de manière optimale vers tel ou tel individu en fonction de ce qu’il peut apporter dans des configurations de jeu continuellement mouvantes. Tout cela est relativement complexe… Pour l’initié, l’apparent chaos perçu de l’extérieur par le néophyte, devient alors un ordre en mouvement. Il retrouve là un ordre immanent dont chacun est dépositaire et il reconnaît sur la pelouse des terrains une intelligence collective à l’œuvre. Pour qui sait la distinguer et l’apprécier, il est jubilatoire d’en mesurer l’efficacité et tout match de rugby, même celui des amateurs du coin, devient alors une fête pour l’esprit.

Les copains d'abord.

Les copains d'abord.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires