Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 9 décembre 2019 jour des démons.

Denis Vallier

      Il en a fallu du temps, des centaines de milliers voire des millions d’années, mais petit à petit, nous nous sommes vus dotés d’un cerveau particulièrement complexe, une merveille de la nature comprise dans le pack à notre naissance et aux performances parfois prodigieuses. Par une dérive de cette fonction cérébrale surdimensionnée, nous en sommes venus à vouloir défendre contre toute agression la survie de la personne psychologique que nous pensons être, c’est-à-dire "moi". Cela a laissé du temps à l'animal humain pour accomplir sa maturation (- qu’il assimile à une mutation) et "devenir " ce qu’il s’imagine être un être humain évolué. Initialement, cet être humain est pro-vie, tout ce qu'il fait, dit, pense, est tourné vers la vie à tout prix: au départ et instinctivement, pour celle de ses gènes, et plus accessoirement mais consciemment toutefois pour la sienne proche. Comme toute vie, c’est une vie qui se nourrit de la mort : celle des animaux ou des plantes qu’il digère (- et même, ce qui est plus rare dans le nature, de ses  semblables qu’il exploite ou élimine). Tant que nous étions en nombre réduit, nous vivions en symbiose et en harmonie dans un équilibre aisé à maintenir (- nos erreurs se réparaient comme par miracle et passaient inaperçues) et puis récemment, brutalement, par la multiplication insensée de l’usage déplorable que nous faisons de ce cerveau surdéveloppé, nous sommes devenus la mort de toute forme de vie sur cette planète. "L’enfer est vide, tous les démons sont ici"…bien d’accord avec Shakespeare… ils sont en nous et ils gagnent de plus en plus souvent… Nous sommes la mort, affligeant autant qu’effrayant !

Photo du reproche au crédit de Zéro Vide (?)

Photo du reproche au crédit de Zéro Vide (?)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires