Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 13 avril 2020 jour des contrariés...

Denis Vallier

      Confiné le Capitalisme, sous cloche de Pâques, le libéralisme, la mondialisation à tout va, les banques, le pétrole, la bourse et tous les suppôts du Diable qui rongent leur frein. À la maison comme les ploucs, tous les Rastignac, les Julien Sorel, les Barry Lyndon et les traders dont les dents rayent le parquet. Comment s’en sortir quand on est enfermé ? Le télétravail ce n’est pas pour les chiens mais que signifie encore "réussir" pour ces arrivistes gavés de rêves de puissance et de gloire qu’un virus à trois sous enferme entre quatre murs ? Avoir des hôtels Rue de La Paix et sur les Champs Elysées et le monopole des gares au Monopoly ?  Ah "réussir" !… Réussir quels qu’en soient le prix et les moyens… Afficher la panoplie complète des signes extérieurs de richesse… Avoir la nécessaire Rolex au poignet avant ses 25 ans, ses sandwiches au caviar, ses Ferrari entre Rolls et Lamborghini au garage, son yacht de 100 m à hélico et sous-marin à Monaco, son Van Gogh qui fait face au Picasso dans ses toilettes en or 24 carats, son top-modèle dans son lit olympique de 12 m2 et ne pas avoir le temps d’en apprécier ne serait-ce qu’un sourire…

      L’homosapiens qui a "réussi" et est parvenu au sommet de la pyramide sociale est avant tout un Homme Pressé car le temps, c’est de l’argent et l’argent jamais ne dort. Ce peut-être tout autant une Femme ambitieuse car, au nom de l’égalité des sexes, de plus en plus de femmes refusent aux hommes le monopole de la connerie, non mais ! Ces êtres d’envergure s’imaginent des aigles planant au-dessus des cimes. Qu’il est grisant l’air royal des sommets !… mais ce ne sont que des charognards. Les escargots parviennent parfois eux aussi au-dessus du panier, mais ils en bavent des hectolitres et ce sont des exceptions : en général, ces parvenus sont des gens pressés, qui mangent vite, font l’amour vite, dorment vite, marchent vite parce que s’ils ralentissaient, ils perdraient l’équilibre et ils s’écrouleraient. Et donc, ils courent... après le temps... après l'argent, les banques, les avions, les secrétaires, les maîtresses... Ils n’ont qu’une vie, alors ils font tout à toute vitesse : écrire, signer les contrats, parler… tellement vite qu’ils finissent par écrire et parler en sigles et abréviations, marque de commerce, signe de reconnaissance de leur caste et coupure définitive avec la plèbe.. Ils calculent vite aussi, mais cela ne signifie pas pour autant qu'ils pensent vite... ou qu'ils pensent tout court. On ne leur a pas appris à penser, ni même qu'on pouvait penser Ils sont accro à l’adrénaline des coups en Bourse mais penser à ce qu’ils font, à ce qu’ils sont, c’est bien trop risqué. Dans cette jungle, ils ont appris comment devenir riche, puissant, sans scrupule, ils ont développé leur instinct de prédateur. On leur a enseigné la Réussite pour les Nuls, les Trucs et Astuces pour se faire une place au soleil... tout un manuel de survie en haut des buildings... sans jamais s'appesantir sur les conséquences de ce genre d'ascension aveugle. Mais le danger qu’ils s’en trouvent affectés et ralentis dans leur course à l'échalote rôde toujours... pire, ils pourraient se poser des questions sur leurs crimes,  sur leur vie, sur leur isolement... et de là, horreur suprême, honte inexpiable : ils pourraient se mettre à réfléchir... Hideux, non?

      C'est le genre de personnes qui payent une fortune pour passer dix jours sur une île paradisiaque et, dès le pied posé sur le tarmac, regrimpent illico dans leur avion privé pour retrouver leurs 15 téléphones, la jouissance de survoler en hélico le bruit et la fureur des villes, les embouteillages, les gaz d’échappement, le brouillard. Bien sûr qu’ils prennent des vacances ! Enfin... ils ne savent pas vraiment ce que cela veut dire. En fait, de toute façon, ils continuent à fonctionner quel que soit le lieu pourvu qu’ils aient leur liaison satellite, un mini-ordi, une imprimante et un modem à portée de main, avec aussi quelques pages financières et économiques. Ainsi armés et ils traverseront n’importe quelle période stérile alors vous n’imaginez quand même pas que le confinement actuel va pouvoir les calmer... Comment s’endormir quand on voit ses milliards fondre comme neige au soleil ? Vous les imaginez rester les bras croisés en attendant que ça se passe comme nous autres, pauvres types dont la seule richesse est intérieure, confinés avec notre marmaille dans 30 m? Non, impossible ! "Vous allez voir ce que vous allez voir, bandes de ploucs, on aura vite fait de vous remettre au boulot !"…
(Photo du Vessel à Manhattan)

(Photo du Vessel à Manhattan)

(Photo du Vessel à Manhattan)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires