Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 26 mai 2020 jour de guerre et de batailles...

Denis Vallier

"L’Art de la Guerre" l’ouvrage écrit il y a près de 1000 ans par Sun Tzu et qui est toujours actuellement le fondement de la pensée stratégique de par le monde a un titre incongru... "L’Art de la Guerre" ! Que l'on soit passé maître en son domaine ou artiste au sens propre, qui dit art, dit création, du moins, en principe : un chef d'oeuvre ou une œuvre d’art sont toujours neufs, c’est donner forme au présent. Or la guerre, en son objectif incontournable, détruit. D'où la question existentielle : la guerre est-elle une création destructrice ?... ou une destruction créative ?... Je ne sais trop… nous saccageons ce que nous faisons depuis tant de temps… À la guerre comme à la guerre et fermons les écoutilles.

      Home, sweet home… Chacun tente de se trouver un refuge tranquille pour couler des jours heureux à l’abri du bruit et de la fureur, mais la violence finit toujours par nous rattraper. Le son du canon traverse les doubles vitrages.  Depuis combien de siècles n’y a-t-il pas eu un véritable jour de paix sur Terre ? Un jour sans que l’on s’étripe, sans que l’on se massacre, où que l’on saute sur une mine ? Que de douleurs… que d’énergie dispersée, volatilisée, dans des guerres stupides pour satisfaire des ego démesurés… Que d’efforts, de patience et d’amour soufflés par des explosions ! Tant d’intelligence gaspillée par l'ambition ridicule du pouvoir ou de minables intérêts mesquins… Si ce que j’écris-là était enseigné en classe dès le plus jeune âge, en expliquant ce qu’est réellement l’horreur des batailles et des guerres, au lieu d’en faire l’occasion de glorioles et de commémorations nationales, si le cinéma, les jeux vidéo ou la télé ne métamorphosaient pas des tueurs sadiques ou abrutis en héros auxquels on s’identifie... l'humanité ferait un pas de géant autrement plus grand que celui d’Armstrong en ridiculisant les misérables petits pas que les guerres nous ont fait faire. Mais c’est beaucoup trop de prétention…

      Bien sûr, il y en a toujours des guerres, il faut bien que les marchands de canon vivent, mais elles changent de nature, elles évoluent elles aussi. Il est heureux de constater qu’elles sont de moins utiles depuis quelques temps, elles commencent toujours de manière aussi absurde mais s’essoufflent assez vite et ne se terminent jamais tout à fait. On les laisse pourrir. S’il est devenu plus difficile aujourd’hui d'en découdre, ce n’est pas parce qu’on tisse mieux nos liens ou que le bon sens nous est venu miraculeusement, c’est parce que ça coûte trop cher et que ceux qui finançaient les guerres préfèrent placer leur argent en bourse sur des secteurs d’activité plus rentables.

Page du 26 mai 2020 jour de guerre et de batailles...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires