Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 29 mai MMXX jour de piège à cons...

Denis Vallier

      « C'est parce que la foule est une masse inerte, incompréhensive et passive, qu'il faut la frapper de temps en temps, pour qu'on connaisse à ses grognements d'ours où elle est - et où elle en est. Elle est assez inoffensive malgré qu'elle soit le nombre, parce qu'elle combat l'intelligence. » diagnostiquait cruellement Alfred Jarry. Partout où la bien-pensance suinte ou prêche, Dada surgit… La masse domestiquée n’est pas le peuple guidé au combat par la Liberté aux seins nus piétinant les cadavres : « Souvent la foule trahit le peuple » à ce qu’en regrettait Victor Hugo et vous emmène au pas de l’oie fêter Hitler comme à Nuremberg en 1934. Pourtant, le même peuple cassera le mur de Berlin enclavé en 1989 pour retrouver la liberté. Allez comprendre…Que s’est-il passé entre temps ? Lui faut-il des traumatismes d’envergure pour le bonifier ? Il est vrai qu’à l’époque, l’enclave de Berlin Ouest, cernée, encerclée, enfermée représentait paradoxalement un îlot de liberté… L’individu doit-il se dissoudre dans le moi collectif en abjurant sa souveraineté ? Comment accepter de ne plus être soi-même ? Le peuple comme un seul homme désire l’unanimité mais celle-ci est liberticide… Un peuple se projette dans un avenir comme sur un mur, est-ce un suicide collectif façon lemmings ? Est-ce que cette mini-pandémie suffira à nous ressouder ?

      Nous avons voté et tout le monde râle… Qu’est-ce qui cloche dans notre démocratie ? Ce n’est qu’au moment du vote que le peuple constitue le pouvoir. Pourtant, dans le secret de l’isoloir, chacun se coupe du bruit et de la fureur de la foule et délègue son infime portion de pouvoir à quelques demi-habiles. Mais une fois tous les 36 du mois, est-ce suffisant ? Si la démocratie est l’exercice de la souveraineté par le peuple, sur le peuple, comment peut-elle naître dans un isoloir étanche ? "Élections, pièges à cons" ? L’urne retrouverait-elle sa fonction funéraire de cendrier pour la démocratie directe défunte ? Avec les moyens de vivre "ensemble" actuels dont nous disposons, qu’attendons-nous pour revoir ces archaïsmes ?

Page du 29 mai MMXX jour de piège à cons...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires