Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 9 mai 2020 jour de Gengis Khan...

Denis Vallier
Page du 9 mai 2020 jour de Gengis Khan...

      Ne nous faisons pas d’illusions : ce n’est pas une pandémie qui va changer du jour au lendemain les quelques vautours et requins qui, grâce au travail des autres, se sont approprié l’essentiel des richesses de la planète. Ils ne vont pas lâcher l’affaire pour si peu même si ces rapaces auront l’impression d’avoir perdu une aile dans la mésaventure. Tout ce qu’ils lâcheront, ce sera un peu de lest, et encore... Pour parvenir à ce niveau de richesse et de pouvoir de nuisance à l’échelle planétaire, il faut, outre un égo surdimensionné, une propension à la violence. Il y a toujours des exceptions mais on ne fait pas de fortune sans casser des reins… Il ne suffit pas d’écraser ses rivaux, il faut en plus les écrabouiller, les détruire, les humilier jusqu’à nier l’autre en temps qu’humain, en faire un objet, sinon ils peuvent toujours se relever.

      Notre monde est merveilleux mais il a toujours eu sa part d’ombre et de violence, cela remonte aux origines. Depuis, nous n’avons changé que dans les apparences, un vernis nous civilise. Cela paraît si dérisoire et absurde qu’on pourrait presque en rire si les conséquences n’étaient aussi tragiques, mais ne rions pas trop fort, nul n’est à l’abri : il arrive aux plus sages et aux plus calmes d’entre nous de se faire violence pour lutter contre leur propre violence. Elle est toujours un signe d’incapacité : on pense que ça marchera mieux en tapant dessus et c’est valable pour son poste radio comme pour ses rivaux ou son peuple. Elle est le premier signal de notre incompétence et son dernier refuge.

      Conquérir  des parts de marché, gagner des appels d’offres, éliminer la concurrence, dominer son secteur d’activité, s’emparer des monopoles, vaincre ou mourir, le vocabulaire guerrier de la plupart de nos capitaines d’industries rejoint celui des plus grands pilleurs de l’Histoire. Combien de ces Attila d’opérette se prennent pour Napoléon quand, du haut de leurs pyramides d’acier et de béton, ils mettent au point leur stratégie, quand ils déterminent la bonne tactique pour laminer l’adversité ? Les plus cyniques et les plus violents d’entre nous se sont toujours battus pour les meilleures places et les plus belles femmes mais par le passé, heureusement, ils ne vivaient guère vieux. Ils périssaient par l’épée selon un vieil adage. Hitler et le général Franco y ont échappé, question d’époque, mais ils partageaient la même déconvenue d’avoir laissé un testicule sur un champ de bataille... Est-ce un facteur déclencheur pour se métamorphoser en tyran ? La sélection naturelle, se retournant à terme contre tous ces violents en les éliminant rapidement, demande qu’ils ne se reproduisent pas, et donc certains, poussés par l’urgence, ne pensaient qu’à ça.. Pour nombre d’entre eux, le pouvoir s’exprime avant tout entre les cuisses des femmes et l’allongement de l’espérance de vie n’a pas que du bon. Strauss-Kahn et Weinstein se sont fait prendre la … euh…la main dans le sac, mais ils sont légions à continuer d’assouvir leurs pulsions librement et impunément grâce à leur argent. Malgré certains problèmes de consanguinité, les sanguinaires s’assuraient une descendance vaille que vaille, parfois même considérable comme celle de Gengis Khan puisqu’on estime que 8% des Asiatiques portent ces gènes… Il voulait unir le monde par le sabre et son sexe : avec son clan des Bordjiguines, il s’est emparé de la moitié des terres connues à l’époque. Mais quand ses nombreux fils ont grandi, tout ce qui intéressait ces chochottes, c’était la soie et les chevaux et la décadence n’a pas traîné. La lignée est allé s’affaiblissant sur ses avantages acquis jusqu’à se faire renverser et c’était reparti pour un nouveau tour.

      En attendant, tous ces Cyrus, ces Alexandre, Auguste, César, Charlemagne, Attila, Napoléon, Jeff Bezos et autres violents bien nés en col blanc, n’auraient jamais dû naître. Ils ont bel et bien existé par le passé et ils sont toujours là, bien présents de nos jours. Il nous faut bien faire avec mais non sans nous rebeller. Mais peut-on se rebeller sans violence ? En tout cas, leurs parents et grands-parents auraient dû être condamnés pour complicité de crime contre l’humanité…

Page du 9 mai 2020 jour de Gengis Khan...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires