Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 14 novembre 2020 jour de tourbillon...

Denis Vallier
Page du 14 novembre 2020 jour de tourbillon...

Je me souviens très bien de ma première expérience sexuelle, j’ai encore le reçu… Mais si nos mères ont du mal à se remémorer leur premier baiser… nos filles ne se souviennent même plus de leur premier mari... Les générations se suivent et ne se ressemblent plus : celles qui nous ont précédés géraient la pénurie, elles réparaient ce qui était cassé ou ébréché, c’était plus fort qu’elles : un petit coup de colle par-ci, un bout de scotch par-là et c’était reparti pour un tour… Les nouvelles générations trient puis jettent et remplissent les poubelles. "On se veut et on s'enlace, puis on se lasse et on s'en veut" en sourirait le vieux Guitry... Et là-dessus, nous voilà à nouveau confinés… les divorces se sont multipliés après le premier confinement plutôt festif, quelle hécatombe prépare ce deuxième carrément sinistre ? D’autant plus que ces derniers temps, le mariage a bien évolué, c’est le moins que l’on puisse dire : il dure à peu près le temps de nos fiançailles d’auparavant qui n’étaient qu’un compromis comme l’on disait vulgairement (- un contenu vaut mieux que deux compromis renchérirait mon voisin de comptoir s’il n’était pas confiné).

 Le mariage, c’est plutôt bien, surtout le second…. Dans ma jeunesse les divorcés étaient des pestiférés mais depuis la débâcle annoncée du christianisme, le divorce n’est plus du tout infamant et c’est tant mieux. Le droit de divorcer aisément a fait du mariage un choix bien moins contraignant. Il convient de préciser que les notions archaïques de parole donnée, d’honneur, de vérité, d’honnêteté, ont volé en éclats tant nos dirigeants sont de mauvais exemples. Du coup, on se promet allègrement fidélité sans que plus rien ne vous y oblige. Nos facultés de tolérance, d’endurance et de concentration ont fortement chuté, on zappe à tout va, mais c’est parce qu’on ne se marie jamais très bien du premier coup, on s'y reprend à plusieurs fois en multipliant à l’infini les combinaisons parents-enfants.

Les vieux effarés regardent tout ça d’un œil rond, ils ont du mal à se faire au tourbillon de la vie devenu tornade avec le dérèglement climatique. On connaît la chanson, on s’y est reconnus, parfois perdus de vue, mais le tourbillon de la vie tourne au maelstrom d’Edgar Poe, un trou sans fond, un siphon (-  font font les petites marionnettes)... Est-ce un vortex ou l’infini ? De toute façon, il vous absorbe et on y tombe, on n’en voit plus que les bords qui défilent à toute vitesse… La société ne s’en émeut guère, elle est toujours en phase avec l’évolution s’il y a de l’argent à se faire : lorsque le taux de divorce augmente aux États-Unis, les magasins de jouets rapportent que leurs ventes sont également en hausse, sans parler des sextoys devenus des produits de première nécessité. On compense nos déboires comme on peut, c’est bon pour la croissance et les petits commerces de proximité. En route pour un nouveau monde !

Page du 14 novembre 2020 jour de tourbillon...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires