Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 18 novembre 2020 jour de promenade...

Denis Vallier
Page du 18 novembre 2020 jour de promenade...

Un kilomètre ! Un kilomètre autour de chez soi !…Kafka fait du sport… c’est aussi absurde que ridicule… Et pendant ce temps d’autres font le tour du Monde… Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au pays d’Ubu mais malgré tout, cela vous laisse le loisir de vous promener main dans la main et de laisser vos pensées s’échapper vers les grands espaces…

On dit les femmes avant tout intuitives…qu’elles sentent les choses et les saisissent en entier… c’est souvent vérifiable mais si la performance est remarquable, ce n’est guère leur faire honneur : certes, elles usent de leur flair, mais pas que, elles sont, en plus, bien plus rationnelles qu’elles ne le laissent paraître. Si elles vous tiennent par la main durant vos promenades, c’est qu’il en est peu à faire confiance aveuglément à leur mari : elles se connaissent trop bien elles-mêmes pour ne pas s’imaginer que leur mari les trompe avec une autre. Mais en période de pandémie et de confinement, d’une part c’est plus difficile et d’autre part, elles perdent parfois leur odorat ce qui fait qu’elles peuvent aussi se tromper elles-mêmes dans les grandes largeurs… Et ce n’est pas sans danger… Imaginez ! À Hongkong, la loi autorise une femme à tuer son mari adultère à condition de le faire à mains nues… On peut comprendre que là-bas, les hommes mariés se plaignent légitimement que leurs femmes les étouffent, c’est humain ! Les pauvres… et si on entend encore leurs plaintes, c’est qu’elles ne doivent pas appuyer assez fort sur l’oreiller (- si la violence ne résout pas un problème c'est qu’on ne frappe pas assez violement comme aurait pu rajouter un méchant Shadocks).

Mais ce n’est pas vrai, les femmes ne veulent pas tuer leur mari, elles n’en ont pas besoin : en règle générale, elles veulent plutôt leur bien, s’en préoccupent et sont d’une grande patience… elles attendent leur mort, tout simplement. Ce n’est pas un crime ça, d'attendre... Le bon sens populaire qui suit ça de près affirme avec raison qu’il vaut mieux être le deuxième mari d'une veuve… N’en déplaise au poète, la veuve est et sera l’avenir de l’homme. Ne se trahissent-elles pas quand on les entend dire : "je l'ai épousé par amour et lorsque l'un de nous deux disparaitra, je serai inconsolable" ? Que ne vivent-elles l’instant présent sereinement ?... Et puis, dûment, masqués, autorisés, estampillés, tirés par leur chien, ils poursuivent d’un bon pied leur promenade par la main dans un rayon d’un kilomètre autour du domicile…

(Vieux dessin de Bill Ward)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires