Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 19 novembre 2020 jour d'Aragon...

Denis Vallier
Page du 19 novembre 2020 jour d'Aragon...

" L'avenir de l'homme est la femme " … C’est long à venir, l’avenir… Manifestement Aragon s’est trompé par trop d’optimisme et de générosité mais il a bien fait de le dire, ses paroles nous marquent… On peut se contenter d’exister comme la plupart d’entre nous et s’en porter bien, on peut aussi vouloir vivre vraiment et agir sur le monde. Il y a moyen de se faire comprendre à voix basse mais pas se faire entendre et si l’on espère agir sur le monde, je ne vois que deux façons : l’une consiste à ouvrir grand les yeux et la bouche en clamant "le monde est comme ci, il faut faire comme ça" en imposant ses analyses et théories ou bien fermer les yeux sur la triste réalité et puiser à la source de son monde intérieur les idées qui vont changer le monde pour les exprimer artistiquement. Mais l’art est difficile, le chemin étroit et pentu, contrairement à la politique, l’art ne supporte pas la médiocrité : il s’agit de se distinguer par son génie propre sinon on n’est qu’une brêle, il n’y a pas de moyen terme.

Le sens de toute œuvre est de participer à l’histoire et Aragon l’a fait en laissant jaillir en lui depuis son inconscient un geyser d’inventions, d’idées, de sentiments que personne n’avait su libérer à sa manière. Il imaginait un monde vraiment humain, un monde plus beau, surréaliste… S’il a quitté le mouvement surréaliste, il l’est resté en devenant communiste. Pour bien voir la surréalité, le merveilleux, ce que nous portons en nous de possibilités d’un autre monde meilleur, il faut savoir fermer les yeux avec talent comme dans le tableau de Max Ernst "Au rendez-vous des amis" où, en dehors de Louis Aragon et de Max Ernst,, on peut reconnaître entre autres Paul Eluard, André Breton, Dostoïevski, Benjamin Péret, Robert Desnos et Gala, une femme d’avenir qui s’appelait encore Eluard avant de devenir la muse de Dali : beaucoup ont les yeux fermés. Si ces drôles de types particulièrement doués les rouvraient de nos jours, ils pourraient constater à leur grand désespoir que c’est l’individu qui est devenu l’avenir de l’humanité.

L’homme demeure obstinément dans le dur désir de durer, avec la mortelle incertitude qui s’ensuit et qui fait notre histoire et des histoires. Dire que " L'avenir de l'homme est la femme " fut une sorte de coup de feu du starter donné en l'air pour un faux départ, juste pour nous envoyer paître nous autres mâles ! Mais là où il a raison c’est que la société de demain sera à l'image de l'idée de la femme que nous nous forgeons aujourd'hui. Et qu’en est-il de cette image de par le monde? Certains les ensevelissent de leur vivant dans des suaires noirs. Dans nos rues relativement calmes, une femme peut-elle se promener tranquillement la nuit tombée sans aucune inquiétude ? Nous en sommes bien loin… Que veut "la femme" comme avenir ? Ce que veulent aussi "les hommes": être et ne pas être librement dans le désir. Les féministes ont raison de se battre, mais nous partons de si bas… ce n’est pas demain la veille qu’elles se le verront accorder…

(Tableau de Max Ernst "Au rendez-vous des amis" -1922 – Musée de Cologne) 

(Tableau de Max Ernst "Au rendez-vous des amis" -1922 – Musée de Cologne) 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires