Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 21 novembre 2020 jour des casseroles...

Denis Vallier

J’aime la vie… et ton sourire ! Les frites aussi… Mais quand j’y pense, c’est tout que j’aime… Dès qu’on parle d’amour, on mélange tout. Parle-t-on de passion, d’adoration, de vénération ? Ou bien de tendresse, d’affection, d’attachement ? Certes… l’amour est rouge, rouge sang, il est cet "oiseau rebelle que nul ne peut apprivoiser", il est alors plutôt du genre oiseau de proie que blanche colombe. Mais Carmen aura beau chanter merveilleusement, il n’est pas indispensable de s’aimer de passion, ni l'un, ni l'autre, pour être très heureux ensemble… Car il y a aussi "les mots bleus" et la tendresse. Lorsque vous regardez un film américain, pour se dire au revoir, les couples se répètent à tout bout de champ "I love you" comme un mantra… Cela nous paraît souvent surjoué, voire ridicule, mais il se peut que ce soit vraiment ça l’amour…  L’union de deux êtres demande sur la longueur un peu d’humour, pas mal de tendresse, beaucoup de gentillesse et infiniment de patience pour ne pas entraîner l’euthanasie des sentiments.

L’amour-passion est effectivement "enfant de bohème", il n’est que de passage pendant plus ou moins trois ans comme l’affirme la science : c’est l’effusion érotique du début, une sorte de période de rut prolongée  programmée pour ne pas durer plus car sinon, on finirait par y laisser la peau à se monter l’un sur l’autre toute la journée. Ce qui nous sépare après trois ans, c’est cette illusion d’amour tant espérée mais basée uniquement sur nos pulsions érotiques enfin à l’œuvre.

Notre vie amoureuse est un système de vases communicants : il s’agit de surmonter le malentendu qui voudrait que le désir étant considéré comme manque, l’amour s’épuise dans sa réalisation… alors que quand le désir est vu comme excès, l’amour s’entretient dans et par sa réalisation. Et c’est là qu’il devient une œuvre d’art…. Bien sûr, sous cet angle, c’est un travail, surtout quand là-dessus déboulent les gosses, mais il porte ses fruits.  En réalité, on s’aime mieux quand on s’aime moins... Et, même s’il est moins sexy, le véritable amour ne commence qu’après trois ans et se concrétise dans la durée. N’en déplaise à Carmen et à Brassens, il réussit à entremêler harmonieusement la folle joie des corps aux queues des casseroles du quotidien. La recette consiste à ne jamais arrêter de touiller pour éviter que la sauce se fige… en tout cas, il y a forcément du rhum dedans.

Page du 21 novembre 2020 jour des casseroles...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires