Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 25 novembre 2020 jour d’une vie d'amour...

Denis Vallier
Page du 25 novembre 2020 jour d’une vie d'amour...

Ça commence à la menthe, sur les bancs d’une école : un béguin qui s’aimante pour une jupe qui vole et le cœur palpitant en l’attente d’une beauté d'un gamin rougissant à la vue de sa fée. Et moqueuses et hautaines, ces fillettes en fleurs se pavanent souveraines de touchantes candeurs, pour ne laisser comme espoir, aux garçons éperdus, qu'un parfum de mouchoir, un sourire ingénu.

Il ne suffit donc pas que les frissons de l'âme nous fassent mille tracas et ne tirent les larmes, suivra le temps venu par un soir de faiblesse, quand le corps mis à nu s'abandonne aux caresses, que le ventre profond, dans un élan puissant, nous fasse perdre raison. Et son feu rayonnant nous emporte, inconscients, vers des cieux aveuglants, recouvrant lentement toutes nos peines d'enfant.Que la femme apparaisse, maintenant que les sens nous exigent l'ivresse des parfums et des danses ! De sa voix, ses faveurs, elle exige des hommes qu’ils se traînent en sueur près des belles qui dorment.

Puis au soir, quand le feu, de sa douce tiédeur, ne nourrit que les jeux de deux vies qui se meurent, les deux mains de tendresse, en diaphanes étreintes, réinventent les caresses d'émouvantes complaintes.

Page du 25 novembre 2020 jour d’une vie d'amour...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires