Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

page du 11 décembre 2020 jour des lumières...

Denis Vallier

Mon cerveau, quelle merveille… je ne vous raconte pas ! Vu que c’est avec ça qu’on est en mesure de s’évaluer, tout le monde est intelligent comme disait Coluche. Chacun de nous est très fier, très satisfait du modèle de dernière génération qu’il utilise depuis qu’il a vu le jour… Ce n’est pas tombé du ciel : à ce qu’en dit la Biologie évolutive, nos organes des sens sont de la peau qui se serait spécialisée et de plus en plus de physiologistes considèrent que le cerveau ne devait être au tout début qu’une simple extension de la rétine permettant de traiter l'information visuelle de façon plus élaborée qu'une simple opération stimulus-réaction. Si la chose se vérifiait, cela expliquerait pourquoi la visualisation des choses (- par des schémas, diagrammes, graphiques, croquis...) est primordiale pour notre compréhension : il nous faut voir pour comprendre. Pour être visualisable mentalement la chose doit pouvoir tenir dans mon cerveau et pour cela, il me faut la focaliser, la comprimer, elle doit être cernée, finie, clôturée, enfermée et, si possible, immobile. Comme en photographie, l’extrême netteté, la clarté et la certitude ne s’acquièrent qu’au prix d’un immense sacrifice : la perte tragique de la vue d’ensemble. La pensée fragmente le réel en objets distincts façon puzzle et fige la représentation pour raisonner dessus à son aise. C’est une inépuisable source d’erreurs car la réalité, ce n’est pas ça, elle est échange et mouvement perpétuel. Si la méthode est efficace pour construire un pont ou faire une tarte aux pommes, elle est éminemment toxique pour à peu près tout le reste. Nous ne sommes pas tous des lumières mais les plus prudents se méfient : ils se doutent que nous sommes farcis de biais cognitifs, que nous nous leurrons nous-même. L’expérience nous le confirme au quotidien, mais malgré tout, quand les religieux ne nous éblouissent pas par leurs illusions, les philosophes transpirent comme Monsieur Wonder et le lapin Duracel à vouloir nous éclairer : "Le but de la philosophie est la clarification logique des pensées. La philosophie n’est pas une théorie mais une activité. Une œuvre philosophique se compose essentiellement d’éclaircissements" diagnostique le philosophe et logicien Ludwig Wittgenstein dans son incontournable Tractatus logico-philosophicus (- un petit ouvrage très concentré où transpire un chouia de mysticisme mais qui laisse à réfléchir très longuement, à recommander comme cadeau pour les fêtes). Pendant ce temps, la lumière vacillante d’une pauvre bougie suffit au poète pour se réchauffer et y voir parfois bien plus clair dans l’obscurité si vaste et si profonde.

page du 11 décembre 2020 jour des lumières...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires