Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 3 décembre 2020 jour de Pipelette...

Denis Vallier

"Je m’appelllle Pipelette Vaaallier, je suis un perroquet"…Avec son compagnon Cacounet, elle fait partie intégrante de la famille. Elle est pour la paix des ménages et lorsque nous nous chamaillons ma femme et moi, immanquablement, elle interviendra par un "ON SE CALME !" tonitruant…. mes perroquets, ont du talent et sont capables de prouesses incroyables. Seule une longue promiscuité permet de déterminer leurs buts et intentions. Si les perroquets parlent, c’est qu’ils vous prennent pour Dieu, qu’ils souhaitent votre présence et pour vous dire qu’ils vous aiment sans filtre ni pudeur…Ils prient… Ils ont cet avantage sur les chiens et les chats et ne s’en privent pas, mais attention ! ils sont facétieux et moqueurs (-  il faut dire qu’ils sont à bonne école)… Ils sont même un peu sadiques par jeu et quand l’occasion se présente d’enfoncer le clou, ils ne se gênent pas pour clamer haut et fort en se prenant pour Pascal "le cœurr a ses rrraisons, le cœurr a ses rrraisons"… S’ils ne terminent jamais leur phrase, ils savent bien que le cœur n’est pas qu’un muscle, que, même s’il n’est pas à proprement parler le siège de nos sentiments, il participe à nos émotions, que l’amour n’est pas une maladie comme les autres… Sous les vagues de la surface, nous ne sommes qu’un océan d’émotions. Conan Doyle, dont la vie s’est articulée autour du si rationnel et rigoureux Sherlock Holmes, assumait le ridicule de croire au spiritisme. Il a même tenté de prouver l’existence des fées… c’est tout dire… Sous la surface rassurante de nos peaux, de nos muscles et de nos tendons, bouillonnent des laves brûlantes… C’est que toutes les merveilles de l’art, de la technique, de l’ingéniosité humaine ne sont que peu de choses face aux deux éternelles questions qui importent et obsèdent :" D’où venons-nous ?" et "Comment pouvons-nous être là à nous poser la question ?"…  Sherlock Holmes et son fidèle Watson n’ont jamais pu répondre à Conan Doyle.

Un fossile ne saurait mentir, mais malgré les preuves irréfutables présentées par les évolutionnistes, il est difficile de croire que l’humanité n’est que le sous-produit d’on ne sait quel assemblage moléculaire et le résultat d’un simple hasard de la biologie. Nous nous estimons si merveilleux, si miraculeux, que tout nous pousse à dire qu’il doit y avoir quelque chose d’autre derrière tout ça… alors on s’invente de toute pièce un Créateur. Ce n’est pas que l’idée de Dieu soit si forte que cela, c’est plutôt que le besoin de l’homme de croire en quelque chose est plus puissant que tout (- et peu importe l’objet de notre croyance). On pourra toujours nier et dire qu’on n’y croit pas un seul instant, qu’on ne croît en rien… mais nous sommes si pudiques ou si hypocrites… Nous avons tous notre part d’irrationnel, nous prions en douce pour nous échapper vers un monde sans masque, sans cage, sans institution, sans monstres à tous les coins de rue. On prie pour de l’aide. Quand je me désinfecte les mains au gel hydro alcoolique à l’entrée des magasins, je fais mon signe de croix par mesure de sécurité… Ça amuse la galerie et tout le monde se marre, mais nous avons tous, tant que nous sommes, nos pattes de lapins, nos fers-à-cheval, nos fétiches même discrets ou au moins nos routines rassurantes.  Comme notre cerveau a été fait pour établir des coïncidences, nous finissons toujours par en trouver au bout du compte et cela nous conforte dans nos croyances et nos superstitions. Devant l’inconnu, je m’adresse à lui à tout hasard dans l’espoir qu’il me réponde et je vois l’œil de mes perroquets s’allumer… "Le cœurr a ses rrraisons, le cœurr a ses rrraisons"…

Le Chat et Dieu par Philippe Geluk...

Le Chat et Dieu par Philippe Geluk...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires