Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 18 juillet 2021 jour d'amour insolite...

Denis Vallier

"Les femmes folles de la messe" chères à ce contrepêteur de Rabelais, que trouvent-elles à dire à Dieu ? Je crois, crois, crois ? Elles se parfument à l’eau bénite mais elles vont avant tout à l’église pour vérifier qu’elles méritent la bonne opinion qu’elles ont d’elles-mêmes. Elles croient plus aux résonnances des cloches qu'aux murmures de la raison, elles les font vibrer de l’intérieur... Malgré tant de peines et de douleurs sur terre, elles aiment Dieu et bien plus souvent Jésus, mais c’est un peu facile. "Qui aime Dieu ne peut pas faire l’effort pour que Dieu l’aime en retour" remarquait Spinoza. La vanité et la bonne conscience seraient-elles les échasses morales de la médiocrité ?

"J'aime les bonnes sœurs qui foulent la messe" aurait pu rajouter Rabelais…. Elles restent fidèles à celui qu’elles ne verront jamais, l’amant idéal. Le seul intérêt qu’on puisse leur trouver serait scientifique : leur dissection pourrait nous éclairer sur les neurones de la foi (- les grenouilles ont toujours rendu de grands services à la science). Leurs besoins sont pressants car en matière d’amour, tout est possible : Eija-Riitta Berliner-Mauer est une femme qui s’est "mariée" en 1979 avec un mur. Chacun ses goûts ! Si certaines aiment Jésus, pourquoi pas un mur ?  Mais pourquoi un mur ? Pour entretenir une relation solide comme le roc ? Ou est-ce à cause de la peur de la nuit, des ombres, de ce sentiment nocturne de devenir une proie à tous les coins de rue inscrit dans tout cerveau  reptilien mais qui serait ici poussé au paroxysme ? Elle souffre d’objectophilie c’est-à-dire de désir envers des objets inanimés. Quant à faire autant choisir un bon vieux gode ou carrément comme d’autres qui voient grand, l’obélisque ou la Tour Eiffel. Pour Eija-Riitta, même si " la muraille de Chine est attirante …/… elle est trop large, (s)on mari est plus sexy". (- Son "mari" étant le mur de Berlin avec qui elle est restée mariée pendant 29 ans même s’il n’y a eu aucune cérémonie officielle avant qu’une foule déchaînée ne brise son ménage à coups de masses.). Depuis que le mur a été détruit, elle aime une grille qui se trouve à proximité…

(Photo : Eija-Riitta Berliner-Mauer et son mari)

(Photo : Eija-Riitta Berliner-Mauer et son mari)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires