Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 24 juillet 2021 jour de prière...

Denis Vallier
Page du 24 juillet 2021 jour de prière...

Avec Claude Nougaro, le corbeau croasse, les rednecks croassent en Trump et les croyants croassent aux reliques même si ce sont des os d’ânes ou de chiens comme s’en moquait Calvin. Ils croassent aussi aux 33 miracles de Jésus et aux effets de leurs prières qui suggèrent à Dieu de modifier les lois des statistiques, de la Physiologie ou de la Physique. Si vous prenez l’avion, vous verrez des gens faire quantité de signes de croix pendant que l’on traverse une zone de turbulences. Quand plus rien ne dépend de soi, que l’on est perdu, quand on ne sait plus ce que l’on va devenir, on fonce tout droit dans les flammes et la direction devient destination… Mais qu’est-ce qui fait que l’avion continue de voler : leur foi ou les lois de Newton ? À force de prières et de croyances, ils finissent par en attendre l’impossible… mais comment parviennent-ils à surmonter la perpétuelle déception de leurs espérances ? Tout simplement en se disant qu’il y a eu un couac et que c’est partie remise… Leur endoctrinement les situe à quelques encablures du sol. Comme il faut casser des œufs de corbeau pour faire une omelette, il faut du surnaturel pour bâtir une religion, vieille recette devant l’éternel.

Ceci dit, moi qui ne croasse ni au Dieu des Livres, ni au Diable, il m’arrive de prier à ma manière… je prie quand je pose un grain de sel sur ma langue, quand je caresse une rude écorce, quand je confie une graine au terreau, quand ma chienne me promène au petit matin blême ou bien quand je glisse quelques pensées à mon père ou à un ami disparus… La prière n’est pas toujours ridicule, il me faut lui accorder quelques vertus : elle permet entre autres de se recueillir, de se recentrer, de reprendre contact avec soi-même, de s’habiter à nouveau. Par le raccourci d’un rituel, elle nous ramène là où précisément beaucoup de nos actes et de nos environnement nous coupent de nous-même, nous retrouvons ces moments privilégiés où l’on se sent exister, où l’on se sent être quand nous cessons de nous agiter en tous sens. Mes oraisons les plus belles n’attendent pas de réponse, mes prières discrètes se passent de divinité et c’est bien là le problème… avec Claude Nougaro, le corbeau ne croasse que pour lui-même… Dites, Monsieur l’infirmier, à qui voulez-vous que Dieu adresse ses prières ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires