Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 14 septembre 2021 jour de doute...

Denis Vallier
(Illustré par un dessin de Sydney Harris)

(Illustré par un dessin de Sydney Harris)

Chacun de nous est un sinistre geôlier qui pense détenir la vérité alors qu’il va de soi qu’elle n’est que spéculations…  On pourrait se contenter de la réalité, mais comme la nostalgie, elle n’est plus ce qu’elle était. Je suis évidemment concerné au premier chef, aussi, si mon ironie est grande, mon regard sur autrui est plus amusé qu’acerbe, je réserve toujours sa place à  son étrangeté…  et pourtant, tout n’est pas risible en ce bas monde, nous sommes parfois cernés par des légions de sacrés cons… Par exemple, celui qui dit "Dieu existe et je suis son bras armé", deviendra maître es pogrom et le pire des abrutis tandis que celui qui s’interroge en se disant "Dieu existe-t-il ?" ne peut en être un, il ne commettra jamais de saint Barthélémy… Toutes les guerres naissent dans l’esprit d’humains persuadés d’avoir raison. Le doute enrichit l’agnostique et la société toute entière… Le point de départ de toute raison a la forme d’un point d’interrogation qui instille le doute dans nos esprits. Les scientifiques sont loin d’être tous sages, mais nous sommes redevables de toute notre science et de ses progrès à des personnes qui doutent et font confiance à leurs doutes…

Mais en même temps, la sagesse est-elle encore raisonnable quand on réalise que le monde n’est absolument pas tel qu’on se l’imagine ? Les doutes sont aussi des traîtres : ils font souvent perdre des occasions et des trouvailles que l’on pourrait rencontrer parce qu’ils nous font craindre de tenter l’aventure… dans l’océan des doutes, oser, c’est perdre pieds un bref instant, tandis que ne pas oser, c’est se noyer en se perdant soi-même et si nos craintes sont si grandes et nos angoisses si intenses, c’est que nous avons déjà tous fait l’expérience de l’erreur et que nous entretenons un lien étroit avec notre faillibilité… (- Tous, même moi : moi aussi, je me suis déjà trompé, le jour où j’ai cru m’être trompé (!)…)

Une conclusion s'impose : la science, malgré tous ses progrès, ne permettra jamais d'éradiquer le fanatisme… pas plus que la connerie qui, elle, est beaucoup plus facile d'accès mais tout aussi dangereuse dans ses excès. Pour autant, on ne saurait vivre joyeusement dans un monde tout de rigueur et d’ordre, nous avons aussi besoin de surprises et d’étrangeté. De son côté, le savant raisonnable se rapprochera de la réalité et de sa vérité mais pour autant, ne devrait-il dire que ce qu'il mesure, ne jamais rien affirmer définitivement, ne pas dire ce qu’il voit et encore moins ce qu'il s'attend à voir ?... Le savoir est un miroir qui nous permet de nous rencontrer et nous donne une petite idée de ce que nous allons devenir… Cela laisse entrevoir un bien morne monde où nous repasserions sans cesse sur nos traces comme les patineurs artistiques. Mais il n’y a rien à craindre, nous sommes très loin d’un monde tout en rigueur et c’est tant mieux car il n’y a pas de véritable sagesse sans un brin de folie. La science n’est pas qu’une méthode à mettre en œuvre comme une notice de montage d’un meuble Ikea, sinon, il suffirait de la confier à des algorithmes et d’aller jouer au golf. Elle est aussi tout un art : l’idée novatrice est bien plus redevable à l’œil et à la main de l’artiste qu’au cerveau de la grosse tête.  De toute façon, dans quelque discipline que ce soit, tout art est une création d’illusions qui ne font que se superposer aux autres. Être fou (- volontairement ou non) permet d’inventer, cela vous autorise à dire ce que vous voyez ainsi que ce que vous espérez voir et non uniquement ce qu'il est convenable de dire. Pour un avenir meilleur, y aurait-il une connexion à perfectionner entre notre folie et la science ? Le Prix Ig-Nobel ne mériterait-il pas autant de respect que son illustre modèle ?...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires