Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 18 septembre 2021 jour du feu...

Denis Vallier

Quel est le souci avec notre origine animale ? Nous effraye-t-elle ? Pourquoi faudrait-il à tout prix nous attribuer un créateur ? Notre espèce a poursuivi son évolution parmi les autres espèces au rythme des saisons, des quatre éléments, du Soleil, des étoiles, de la Voie Lactée, de l'Univers qui voit en elle l’occasion de se contempler... de faire son anamnèse quand elle se fait savante... Sans doute n’est-ce pas la première fois et sûrement pas la dernière : c’est inévitable selon la loi des grands nombres.

Cette espèce a eu une petite enfance difficile mais elle a "grandi" tout autant physiquement que mentalement en totale symbiose naturelle... puisque "tout" se fait toujours en symbiose... Pendant des centaines de milliers d'années tout d'abord, elle a appris à apprendre les premiers rudiments "techniques" et élémentaires pour survivre ici-bas... collaborer en améliorant son langage pour manger ou se protéger des autres prédateurs... Et pour ce faire, grâce et à cause de son mental, elle va continuer à se développer différemment des autres : ce singe nu va apprendre à fabriquer et à perfectionner des outils rudimentaires mais efficaces pour tuer ses proies et dépecer leurs peaux pour en faire des vêtements ou des couvertures, des armes pour se protéger des nombreux prédateurs mieux lotis, jusqu’à apprendre à recréer et à maîtriser le feu ce qui changera tout... Ce n’est pas que pour se réchauffer ou améliorer leur repas qu’ils en firent usage : même s’ils étaient peu nombreux, ils brûlèrent tout d’abord des millions d’hectares sur tous les continents et déjà, remodelèrent des paysages à leur convenance en commençant à réchauffer la planète. Un homme à lui seul pouvait déjà à l’époque détruire une forêt ou concentrer des milliers d’animaux vers l’endroit qu’il souhaitait. Il put ainsi sélectionner une variété d’arbre aux dépends des autres, s’aménager un espace dégagé avec un minimum d’effort. Le feu, c’était l’arme absolue dans ce monde rude et brutal pour une espèce encore si vulnérable.... si fragile... et il va lui apporter une plus grande sécurité, un confort et de nouvelles avancées techniques. Des cultures ont ainsi pu apparaître. Elle n’est pas la seule espèce à utiliser des outils, mais ses mains sont les plus habiles et son cerveau le mieux organisé.

Enfin bref, cette espèce a su s'organiser pour vivre le mieux possible dans le seul et unique but comme toute espèce animal de survivre coûte que coûte et de s’assurer une descendance... Elle s’est très vite aperçu que c’était plus facile en s’y mettant à plusieurs. C’est avec la famille et la tribu, qu’on survit quand on a besoin de survivre même si l’on ne s’apprécie pas toujours. De par son activité cérébrale, cette espèce acquière donc progressivement un potentiel qu’elle exploite plus ou moins bien mais globalement d'une manière de plus en plus ingénieuse. La différence se creuse par rapport aux autres animaux....

Ce psychisme va prendre une place qui devient primordiale... Il lui permettra de sortir progressivement d'un état primitif vers un état moins dépendant des contraintes et des vicissitudes du milieu et cela s'améliorant lentement de génération en génération au cours des millénaires. Chaque individu de cette espèce, transmettra par son corps, par son esprit, par ses paroles, toutes ses connaissances à ses descendants puisque leur enfance particulièrement longue en laisse le temps... car sa conscience évolutive possède maintenant une mémoire des connaissances acquises "à travers" chaque individu...

Et cette espèce, au rythme de son évolution "technique", s'est mise à penser... ce sont les prémices de l'anamnèse, ce travail de sa mémoire, qui font jour... elle commence à s'observer elle-même en train de vivre au sein de ce monde animal... au sein de l'Univers dont elle a toujours cru être le centre... et ce sont les débuts idylliques d’une magistrale hécatombe.

(Photo de Kellan Hendry – Californie)

(Photo de Kellan Hendry – Californie)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires