Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 18 octobre 2021, jour de prière...

Denis Vallier

Parfois, j’envie les petites sœurs des pauvres, les grenouilles de bénitier, les Frigide Barjot ou les Christine Boutin : elles ont toutes les certitudes et les espoirs du monde dans leur regard levé au ciel… c’est si simple… moi, j’en ai pris mon parti, je n’ai aucune idée de ce que je pourrais bien croire, je doute de tout et tout le temps… Par exemple, si on me le demande, je ne peux pas dire si je crois en Dieu ou non : ça n’a pour moi aucun sens mais déjà si vous me posez la question, c’est que vous n’êtes pas prêts pour la réponse ! Pour commencer, j’ai un vague problème avec le postulat d’un dictateur céleste… sans trop savoir pourquoi. . Une tendance libertaire à l’œuvre sans doute ? Pascal, qui était une grosse tête, a sans doute été lui aussi confronté au doute mais il avait réglé le problème simplement : il soutenait qu’il suffit de s’agenouiller et de prier pour se mettre à croire. La croyance, ça ne vous tombe pas dessus, ça se bricole… Confiant, je l’ai cru et j’ai essayé : ben, désolé, ça n’a pas marché… Malgré tout, ils sont encore très nombreux à s’agenouiller, à s’accroupir, à s’aplatir plus bas que terre encore et encore en priant pour que Dieu existe ! Dieu doit forcément exister pour eux…sinon, ce serait trop cruel : il ne peut quand même pas être assez méchant pour leur faire croire qu'il existe, s'il n'existe pas… Je me dis qu’il doit y avoir un petit biais dans le raisonnement, mais je ne sais pas trop où…

Franchement, ce serait tellement plus simple si Dieu existait ailleurs que dans nos têtes... En attendant, les prières continuent à s’envoler vers le ciel et se dissipent comme fumées d’encens. Ce qui m'intrigue le plus dans la pratique religieuse, quelle que soit la religion, c'est justement la prière : le plus remarquable, c’est que l’on se crée, soi-même, mentalement, l'interlocuteur auquel on s'adresse, à chacun le sien et ce n’est pas forcément le même que la veille, cela en fait une quantité astronomique... ce serait bien plus simple de parler à un mur comme à Jérusalem. Dans toutes les religions, on prie : monothéistes, polythéistes, animistes et même dans le Bouddhisme ou sur les terrains de foot. Je veux bien lui reconnaître quelques vertus proches de la méditation, quelques bienfaits physiologiques et spirituels rappelant l’effet placebo, la méthode Coué ou des conditionnements pavloviens mais je n'ai jamais mis la main sur des études psychologiques objectives et sérieuses sur la prière : on en trouve une multitude mais elles sont systématiquement menées de parti pris. Finalement, je rejoins Pascal, je ne crois qu’en une seule chose : lorsqu'on cesse de prier régulièrement, on finit par ne plus croire. Et Dieu dans tout ça ? Croit-il encore en moi ? Il y a de fortes chances qu’il doute lui aussi et ne croit plus en lui.

Page du 18 octobre 2021, jour de prière...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires