Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 24 novembre 2021, jour aux putes...

Denis Vallier

La laïcité à la française reste une exception assez mal comprise par le reste du monde : cela donne une petite idée du chemin à parcourir dans l’obscurité des esprits. Tant mieux si nous profitons de cette avancée vers la libre réalisation de soi et la responsabilitsation de chacun mais pour autant, la laïcité ne consiste pas à organiser un bordel des croyances en terres des Lumières et de la rationalité. La concorde dans le respect des croyances de l’autre… tu parles ! C’est du pipeau pour tous les prosélytes purs et durs…  De mon point de vue, la laïcité n’est qu’une étape : elle doit par la suite assister, jubilante et proactive, à l’élimination des religions par la libération des consciences.

Réparons une erreur d’interprétation : la laïcité n’est pas tolérance (- un mot chargé de suffisance : du haut de ma grandeur, je tolère votre petitesse…) : elle doit devenir une machine de guerre intellectuelle contre les charlatanismes des "enreligiosés". Le religieux s’isole du profane et referme la porte du temple ou de l’église. Il a conscience de ce danger et c’est pour cela qu’il fait tout pour rejeter ce pied coincé dans la porte. Tolérer, c’est aussi une manière de mépris pour les maisons closes, les vénérables maisons de tolérance (- alors qu’il n’y a pas plus ouvert que les maisons closes), mais c’est aussi être peureusement prévoyant pour ne pas insulter l’avenir, on ne sait jamais... Être prévoyant, si on y regarde bien, c’est désespérer et désespérer est le seul véritable pécher originel depuis Adam et Ève. Il faut, au contraire espérer, ne rien tolérer, mais plutôt respecter ce qui est respectable : le sourire, la bonté, l’humilité, l’empathie, la compassion, la générosité, l’entraide, l’intelligence, le respect entre autres. Malgré mon irrespect d’ado boutonneux, je n’empêche personne d’aller à la messe, mais à la condition que d’un autre côté, personne ne m’empêche d’aller aux putes puisque c’est un métier tout autant respectable. Toutefois, si vous allez à la messe, en réaction aux crimes pédophiles révélés ces derniers temps, je vous encourage respectueusement à refiler symboliquement vos boutons de culotte à la quête.

(Photo : Alexander Petrosyan)

(Photo : Alexander Petrosyan)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires