Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 5 décembre 2021 jour sans doudou...

Denis Vallier

Et allez ! Tournez manèges… Tout bouge, tout change… les gens, les modes, les mœurs… Quand vous retournez sur les pas de votre enfance, vous ne reconnaissez ni les rues ni personne. Comme pour un virus informatique lancé sur l’Internet, la vie, une fois en place, se développe et se passe de ce qui l’a créée. Il lui suffit juste d’un petit coup de pouce au départ : il n’est pas facile de partir de rien sans savoir d’où l’on vient… Dieu n’est qu’une idée virale, un pur produit axiomatique, utile initialement à la collectivité pour que le travail de l´intelligence puisse agir dans un cadre rassurant en se situant quelque part dans le temps et l´espace. Pour une occupation de la planète, cela suffit amplement. Une fois la planète occupée, on passe à l’étape suivante : c´est le principe-même qui a permis l´expansion qui sera responsable de sa destruction pour laisser place à autre chose, car le principe ultime de l´univers est toujours le mouvement.

Ce mouvement implique des changements puisqu´aussi, par principe, le stable n´existe pas, et ainsi de suite, place au changement suivant, on ne peut reconnaître que des étapes. Tout passe et donc même Dieu qui passe avec nous, à moins que l´on appelle Dieu la propre existence qui a toujours été et sera toujours puisqu´il ne peut exister de dimension nulle absorbante de toute la réalité sans laisser de trace. En tout cas, pour ce qui est de créer la vie, on n’a plus besoin de cette idée. La biologie connaît une révolution aussi décisive que la découverte de l’ADN ou le séquençage complet du génome humain. La biologie de synthèse permet déjà à l’homme de se faire démiurge en écrivant des séquences partielles ou entières d’ADN et donc de créer ainsi artificiellement la vie.

Quant au Dieu qui, comme le Père Noël*, aime tout le monde, qui punit quand on se tient mal, qui voit tout, qui est partout, qui est invisible, il faut le laisser aux crédules qu’un rien rassure. C’est beau de garder une âme d’enfant mais il est vraiment temps de grandir et de passer à l’étape suivante. Occupons-nous de fonder des écoles qui enseigneront comment ne pas devenir de pathétiques croyants accrochés à leur doudou… cela éviterait les représentations sociales nuisibles et beaucoup de conflits. Mais allez toucher au doudou d’un gosse ou à sa totoche sans vous faire traiter de sadique !…

* Je vous parle en connaissance de cause : si de temps en temps je me prends pour Dieu, c’est que j’ai plusieurs fois joué au Père Noël passant de maison en maison en vélo pour distribuer les cadeaux et ce n’est pas une blague (- Coucou les petits, vous approchez doucement de la cinquantaine maintenant ! À l’époque, il fallait que je me déguise… actuellement, ce serait beaucoup plus facile : j’ai fini par lui ressembler...).

(Photo : "The baby cage" 1937)

(Photo : "The baby cage" 1937)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires