Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 10 janvier 2022 jour de la Science...

Denis Vallier

Notre société évolue curieusement… Une proportion non négligeable de la population, travaillée par de sombres perspectives d’avenir, en est venue à détester l’intelligence, à cracher sur la culture et à mépriser la Science… Ces personnes plutôt bruyantes méritent d’être entendues et ont le droit d’exprimer tout mépris tant qu’elles s’y retrouvent avec leur propre intelligence et leur propre culture et tant qu’elles ne perturbent pas les nôtres… mais pour la Science, il y a maldonne : elles en bénéficient au quotidien sans se plaindre… c’est un peu comme si Lucifer persistait dans un saint homme après exorcisme. Lucifer, c’est le porteur de lumière, la Vénus des Romains qui précède le Soleil… À ce titre, la Science mérite le respect de tous… une simple question de nombres rejoint aisément la poésie et vaudra même toujours autant qu'une remise en question de système du monde. (- Le paradoxe ironique qui me fait sourire en pensant à ce saint homme possédé, c’est que l’idée d’un Dieu unique et tout puissant a été primordiale pour qu’apparaisse la science car elle a instauré la notion d’ordre dans la nature...)

De tout temps, tout avenir a toujours été radieux ou bien sombre, mais de toute façon, c’était toujours mieux avant depuis toujours... possible, mais nous en sommes là… “J’aime me laisser surprendre par des choses auxquelles je n’ai jamais pensé”, a confié l’acteur Ralph Fiennes, le Voldemort d’Harry Potter  (- il n’était sans doute pas anti-vax…). Marchons sur ses traces, jetons nos œillères, ouvrons bien grand esgourdes et mirettes pour nous mettre aux aguets des inimaginables surprises que nous prépare notre avenir. Plus éveillés que jamais aux émerveillements, travaillons cette rare capacité à réagir à l’inattendu et à nous amuser des détours imprévus du chemin. Oublions donc tous nos dogmes, nos vieux préceptes et principes révolus, et au contraire, ouvrons-nous à l’inattendu, aidons la Science, soutenons-la, donnons-lui les moyens que méritent les chercheurs.

Bien sûr, ils ne régleront pas tout, l’humain sera toujours le problème, mais laissons-nous porter par les caprices du hasard et de leurs découvertes, sans rien en attendre de particulier. Peut-être deviendrons-nous alors étrangement réceptifs à des idées qui jamais jusque-là ne nous avaient effleurés. Préparons-nous à ses idées du futur encore imperceptibles qui rebattront les cartes pour nous permettre d’échapper au carcan conceptuel imposé par le système. Pour l’instant, nous sommes enfermés, compressés par un champ magnétique surpuissant chargé négativement de langage et d’idées de propagande qui guide nos choix et bride nos réflexions. Si vous parvenez à sortir du cadre et à vous échapper dans la rue, n’oubliez pas votre casque de chantier dans ce monde en travaux, et faites gaffe, ces derniers temps, les pentes sont glissantes et les vents très violents.

(Peinture : "Échapper à la critique" par Pere Borrell del Caso - 1874)

("Échapper à la critique" par Pere Borrell del Caso - 1874)

("Échapper à la critique" par Pere Borrell del Caso - 1874)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires