Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 12 avril 2022, jour de vaudeville...

Denis Vallier
(Dessin de Marsault)

(Dessin de Marsault)

Les vérités vont, viennent et volent en escadrille… pour quoi que ce soit, rien n'est sûr… et il n’est pas besoin d’aller bien loin pour le vérifier : il suffit de se regarder dans la glace ou de se regarder évoluer dans son couple… Même deux êtres en apparence fusionnels qui prétendront tout se dire, ne peuvent que continuer à se mentir. D’autant plus qu’il n’y a pas que du faux dans le mensonge : il faut trier... Par exemple, imaginons un couple ordinaire, disons, Marine et Emmanuel mariés l’un à l’autre pour l’occasion et pour le pire… Je sais, ce n’est pas facile à visualiser… mais avec un petit effort, imaginons malgré tout une situation d’une grande banalité où un Emmanuel coureur déciderait d’avouer ses "erreurs" à son dragon de première dame de France :
- Je suis peut-être Président, mais je suis un minable, c’est pitoyable… certes je t’ai trompée avec Anne et Valérie par faiblesse et même un soir de beuverie avec Jean-Luc, mais, mon amour, je te dois la vérité parce que tu le vaux bien : en réalité, je n’aime que toi, tu es toute ma vie… entre nous, terminés les mensonges : la vérité, rien que la vérité, toute la vérité, je te le jure...
Dans les vaudevilles, c’est en général le moment où l’épouse humiliée, après deux ou trois sanglots et quelques cris accompagnés d’assiettes cassées, peut décider de répondre :
- Mon amour, je te crois, je te fais confiance malgré tout, je te pardonne tes écarts, nous réussirons à surmonter cette épreuve, nous vieillirons ensemble et quand l’un de nous deux mourra, je serai inconsolable… etc…etc… et cela deviendra une sorte de duel de probité et de vertu, un concours de vérités plus vraies que vraies, ce sera à celui qui lavera plus blanc que blanc ce linge sale en famille… Mais il faudra une bonne machine : Emmanuel, en coupable de service, se couvrira la tête de cendres en se roulant dans les plumes, le goudron et l’opprobre, c’est très salissant… Tandis que Marine, en victime auréolée, s’élèvera en battant des ailes jusqu’à des hauteurs quasi célestes. Ça y est, vous voyez Marine avec ses petites ailes dans le dos ? Eh bien redescendez sur terre : si notre couple infernal et œdipien se disait vraiment ses quatre vérités au lieu de se jouer la comédie, l’un glisserait perfidement en souriant narquoisement :
- Honnêtement… pétasse chérie, on ne va pas en faire un débat… ma culpabilité étant un poids bien trop pénible pour mes petites épaules, tiens, je t’en refile la moitié, morue de mes deux
et l’autre enverrait dans les gencives de sa voix grave et éraillée : - Honnêtement… enfoiré de tarlouze, ce n’est pas pour te pardonner que je te pardonne… pauvre tache, comment peux-tu être assez tarte pour le croire ? Si je te pardonne, vois-tu, c’est pour mieux écrabouiller ton insignifiante petitesse en t’infligeant le spectacle de ma souffrance et de ma généreuse mansuétude depuis les hautes sphères où m’élève mon pardon, fils de pute ! De toute façon, t’inquiète, je te ferai cocu avec Éric !
"En vérité, je vous le dis"… quand elle est revendiquée et brandie haut et fort, la vérité devient bien trop souvent un mensonge largement supérieur au mensonge lui-même. Il suffit d’en être averti et d’en tenir compte dans ce monde d’arnaques et de faux-semblants…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires