Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 26 avril 2022 jour perché...

Denis Vallier
(Illustration par Tiago Aleixo)

(Illustration par Tiago Aleixo)

Les Français forment un peuple ronchon qui se plaint à longueur de temps, pour certains c’est à juste titre mais pour la plupart, c’est par principe à cause d’un esprit de critique surentraîné… Pourtant, de l’avis unanime, la France est un beau pays où il y aurait moyen de vivre heureux… et c’est mon cas, comme c’est le cas d’une grosse majorité d’entre  nous puisque quand on nous le demande, quatre sur cinq reconnaissent qu’ils le sont…

Vous êtes donc en mesure de me comprendre : le monde dans lequel je vis, loin d’être un idéal, est néanmoins satisfaisant. Je me dois de préciser que non seulement mon cadre de vie est privilégié, mais qu’en plus, ce n’est pas n’importe quel monde : dans ce monde, Montaigne cultive son jardin et écrit à La Boétie, Brassens en rigole dans sa moustache, René Char écrit encore ses poèmes, Bouvard peaufine toujours ses éditoriaux pourris, Quasimodo nous sonne les cloches, Madame Bovary toussote à sa fenêtre, et j’assiste avec des milliers d’autres personnes à des concerts, à des récitals, à des séances de ciné d’art et d’essai, on se pâme ensemble devant de grands génies, on s’autorise des élucubrations plus ou moins intelligentes sur des sujets philosophiques un verre à la main et on se délecte de petits fours et de notre propre culture. D’ailleurs, ce ne sont que des personnes très simples, sincères, naturelles, un peu comme vous et surtout comme moi, n’est-ce pas ?…

Oui, comprenez-moi… Ce monde sans portable, d’une époque que les moins de soixante ans ne peuvent pas connaître, est peut-être sépia et suranné mais il possède au moins une qualité : la stabilité et la continuité. Ainsi, je continue à me prendre pour Moïse foulant en poète une terre promise, celle d’une vie non abaissée, non dégradée, non frelatée par les pesticides et les phtalates, non polluée par la médiocrité et le plastique pour au final, faire un bon compost…  Bon, d’accord, comme Moïse, je suis perché et je fume la moquette… et en plus, voilà que Galilée frappe à la porte. D’où il sort celui-là ? C’est que c’est un coriace le bougre. Que puis-je lui répondre quand il me glisse à l’oreille "E pur si muove !"… "Et pourtant elle bouge !" ?…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires