Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 27 avril 2022 jour des castors...

Denis Vallier
Le castor est con...

Le castor est con...

Finis les fiers coqs sur leurs tas de fumier, vive les castors ! Par le sacrifice héroïque de nos bulletins de votes, je, tu, il, nous avons fait barrage… Chacun voit midi à sa porte au pays des castors et du coup, nous avons réélu Macron dans ce jeu de dupes démocratique… a priori, cela fait beaucoup de portes et de barrages et on pourra toujours dire ce qu’on veut, le résultat est là et l’on se doit de l’accepter. La démocratie, c’est bien même si par le passé, elle a accouché d’Hitler ou de Trump. Elle est toujours préférable au féodalisme ou à Poutine, elle est le gouvernement du peuple par et pour le peuple et pourtant, nous avons réélu tout à fait légalement notre petit roi… Bien sûr, il est plutôt doué et bien aidé dans ce petit jeu par les capitaines d’industrie et on pourra toujours dire qu’il a bénéficié d’un alignement de planètes exceptionnel accompagné du sabordage des alternatives, mais malgré tout, le peuple a un gros problème… Le problème avec la démocratie, c’est que si nous sommes une majorité de castors, elle devient le gouvernement des castors par et pour les castors… et les castors ne sont pas particulièrement futés…

J’ai voté comme les autres couillons et j’accepte le résultat logiquement mais je le critique…d’abord parce que j’y ai droit, la France ne sera jamais une dictature, et ensuite parce que je ne peux m’en empêcher. En fait, je suis un Castor moyen tout à fait dans la norme et mes contradictions doivent bien avoir une explication... N’aurais-je pas quelques difficultés dans ma relation à la réalité et à la vérité ? Où que l’on naisse sur cette planète, rien ne nous empêche de dire chacun de son côté "à chacun sa vérité". Mais nous ne sommes pas des îles, cette vérité relative va s'intégrer dans une vérité plus grande, celle du groupe d'appartenance, qui elle-même devra trouver sa place dans une vérité sociale, voire par endroit, nationale. Et ainsi de suite jusqu'à une éventuelle vérité universelle pour certains cas. En théorie la vérité est toujours celle du plus grand nombre… En théorie peut-être, mais pas chez nous… Il se trouve qu’en France, rien n’est jamais acquis : par exemple, si on aime les rois, c’est pour mieux leur couper la tête et offrez un pain au chocolat à un Toulousain, vous déclencherez un début de castagne. Dans ces conditions, la vérité absolue, indépendante de vous et moi, demeure plus que jamais une hypothèse dans nos contrées. On l'a prise parfois comme réalité parce que nos vérités personnelles se retrouvent partiellement chez les autres, et que cela pourrait suffire pour croire à une vérité impersonnelle, absolue, mais sous nos climats, le soufflé retombe plus vite qu’ailleurs … Alors, à quoi bon perdre son temps ? Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Au final, LA vérité ne vaut ni plus ni moins qu'une chandelle : sa lumière fascine les pauvres éphémères volant éperdument dans la nuit, ils s'y brûlent les ailes à trop s'en approcher. Non, la seule vérité absolue qui vaille, c’est la mienne et rien n’empêchera un bon Franchouillard de la considérer comme universelle et puis c’est tout ! Autant de Français, autant d’avis sur la question… Dans ces conditions, vous pensez bien que les bobards des populistes tout comme ceux des lobbyistes du système vont nous occuper l’esprit pendant encore un bon moment…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires