Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du lundi 18 avril 2022, jour de la faim...

Denis Vallier
Page du lundi 18 avril 2022, jour de la faim...

Le directeur de la prison avait ordonné que les prisonniers passent entre les deux pendus encore en train de gigoter avant d’aller remplir leurs bols, histoire d'observer leurs réactions. Mais rien, rien sur les visages, aucune émotion apparente. Seule l'invisible et lancinante idée que la soupe allait refroidir…

Notre monde est merveilleux mais avant tout, nous avons faim !... Faim de liberté, certes, l’esprit se voudrait libre, mais le corps a ses exigences : l’estomac est encore plus tyrannique que nos organes génitaux, au bout de trois jours, on serait prêt à se les bouffer. Dans la réalité où nous sommes immergés, plusieurs réalités s’imbriquent et se répondent… Elles sont aussi invraisemblables que prodigieuses… On dirait que chaque nuit, profitant de notre sommeil, un sculpteur machiavélique se donne la peine d’emboiter l’une dans l’autre à l’infini des sculptures toutes plus belles les unes que les autres. Nous savons que celle, merveilleuse, que nous voyons en surface en cache d’autres tout autant incroyables, mais il serait stupide de détruire définitivement cette œuvre d’art pour découvrir ce qui se cache au-dedans. Ça en soulève des questions, mais on ne trouve rien en-dessous… contentons-nous d’imaginer les profondeurs et vivons à la surface des choses malgré notre légitime frustration.

En fait, la sculpture n’est pas en dur, la réalité n'a rien de solide au sens de compact : elle ondule. Comme nos vérités, elle se plie, par exemple, à nos désirs ou à nos peurs, à nos fantasmes. On se dit bien entre nous : "Je ne veux pas le savoir !"… Le cerveau humain a une capacité peu commune d'occultation des faits dérangeants. Il triche et trie en permanence en plus, il dispose d'un interrupteur de réalité. Quand trop, c'est trop, l'interrupteur se déclenche... Clac ! Pschhhhhh... ne reste qu’un peu de fumée, envolée la guerre, plus de massacre, juste des petits chats sur nos écrans… Un pan de réalité s'évapore illico, ne laissant que le minimum de réalité nécessaire à la survie mentale. "Être équilibré", cela veut surtout dire que vous pouvez faire et refaire les mêmes erreurs sans que cela vous perturbe...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires