Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 20 mai 2022, jour des imbéciles...

Denis Vallier
(Illustration par Tim Tadder)

(Illustration par Tim Tadder)

Dès l’enfance, on nous a appris à craindre les sorcières, mais pas ceux qui les ont brûlées vives… Si elles le pouvaient, elles vous garantiraient que la vérité ne doit être dite que lorsqu’elle peut être entendue par les bonnes oreilles. C’est sans doute pour prendre soin de nous que l’on nous ment à longueur de journée… Les débats publics, télévisés ou radiophoniques, entre candidats, experts ou philosophes de service, sont là pour nous enfumer et c’est particulièrement le cas sur certaines chaines privées. Au moins, ils nous procurent l’occasion d’observer nos contemporains avec un regard d’entomologiste. Cela permet d’apprécier la véritable nature des uns et des autres malgré leurs facultés de contrôle et toutes leurs ruses. Certains font exception et sont plutôt francs du collier tandis que la plupart maîtrisent à la perfection l’art oratoire et sont passés maîtres en chausse-trappes et coups vicieux. Cela nous apprend à nous méfier de leur roublardise et de leurs stratagèmes… Par exemple, on peut en retenir une de leurs techniques fréquemment employée pour contrer l’adversaire : jouer à l’idiot, celui qui dit "Je ne comprends rien à ce que vous dites ! Qu’est-ce que c’est que ce fatras ?... Je dois être trop bête pour vous comprendre"

N’y voyez-là aucune modestie. Tout d’abord, "la modestie est le genre d’orgueil qui déplait le moins" à ce qu’en pensait Jules Renard, mais surtout, cela indique qu’ils se savent d’une intelligence telle, que reconnaître son imbécilité remet en question non pas leur propre clarté d’esprit mais celle de l’autre. Dire "je dois être trop bête pour vous comprendre", ce n’est évidemment pas faire preuve d’humilité, mais c’est dire à la cantonade qui vous écoute "- Moi, dont le métier est de comprendre, je n’y comprends rien, alors vous, qui comprenez encore moins de choses que moi, vous pensez bien que c’est fichu ! N’essayez même pas… d’ailleurs, ne l’écoutez plus...". C’est bien sûr, une entreprise de démolition.

En réalité celui qui "n’y comprends rien", dissimule son envie d’ériger sa propre perception du monde en système universel de perception en jouant volontairement à l’idiot de service. La ficelle est un peu grosse pour qu’on le suive mais malheureusement, cette astuce est efficace et on m’a déjà fait le coup. Dans cette histoire, ce ne sont pas tous ces arnaqueurs qui m’inquiètent vraiment… c’est plutôt quand mes proches me disent qu’ils ne comprennent rien à ce que j’écris d’autant plus que, moi-même, quand je me relis, il m’arrive parfois de ne comprendre rien, mais alors, rien du tout à ce que j’ai sous les yeux… Il n’y a sans doute là rien d’étonnant car, très souvent, j’ai les plus grandes difficultés à comprendre ce que je pense… Mais peu importe, le premier qui me dit "je n’ai rien compris", je le fume !...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires