Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 27 juin 2022, jour de Nietzsche...

Denis Vallier
(Portrait de Friedrich Nietzsche par Munch en 1904)

(Portrait de Friedrich Nietzsche par Munch en 1904)

Maintenant, tout le monde y amène son portable… de mon côté, dans l’intimité protégée de mes toilettes, j’aime bien feuilleter "Le Gai Savoir" de Nietzche au hasard du pouce, sa gaité m’inspire… Rattrapé par ses démons, le pauvre a mal fini, mais avec Pierre Dac et Raymond Devos, il fut des philosophes parmi les plus gais et les plus positifs de ces deux-cent dernières années… et des plus lucides aussi : beaucoup de ses prophéties se sont réalisées et le dernier homme est presque là. Mais, prophète ou pas, jamais il n’aurait imaginé voir son nom associé à une idéologie aussi abjecte que le nazisme… Nietzsche m’intéresse parce qu’il tire tout azimut et apporte plus de questions que de réponses, il fait réfléchir et n'impose pas ses recettes aux autres. Il nous avertit même qu'il faut douter de lui, qu'il pourrait se tromper et nous tromper, qu'il faut savoir se détourner de ce qu’il affirme. Avec ses nombreux défauts, ce serait une sorte de Brassens qui se serait laissé pousser une moustache de morse, un type profondément humain, un peu pénible mais sympa et il aurait fait un superbe spécimen pour les brèves de comptoir de Gourio. D’ailleurs, après sa mort, sa sœur Elisabeth, en adoration et dévouée mais ayant adhéré au parti nazi, a estimé qu'il y avait beaucoup trop de trivialités dans ses écrits et que la stature du personnage y gagnerait si elle modifiait ou retirait quantités de phrases de ses ouvrages. Ce sont des choses qui ne se font pas…On ne peut tout mettre sur le dos de cette manipulation, mais le résultat est là : ce Nietzsche revu et corrigé a beaucoup plu aux ultranationalistes allemands alors qu’il les détestait par-dessus tout et, en compagnie de Wagner et de quelques autres soi-disant aryens, il a été récupéré par l'idéologie hitlérienne en quête de normalisation et de respectabilité…

Mais même un philosophe aussi talentueux que lui a pu écrire n’importe quoi et c’est ce qui fait son charme… nous avons tous nos jours sans où l’on marche de traviole : il s’est ainsi lancé dans "Ainsi parlait Zarathoustra" poussé par une sorte de fièvre créatrice et ce n'est vraiment pas ce qu’il a fait de mieux. Encore de nos jours, l'œuvre continue de lui causer du tort. Le mieux serait  de cesser de vouloir interpréter cet ouvrage bizarre, en tout cas, il est préférable d’aborder la lecture de ce poème philosophique avec précautions. Cela reste toutefois d’une importance très relative car qui, de nos jours, perdrait encore son temps à se plonger dans cette lecture difficile ? Il y a plus de trois ou quatre phrases qui se suivent… On parlera donc bien plus de la Fée Clochette, du Joker ou de Batman sur les réseaux sociaux que de son Zarathoustra. Toutefois, on y fait toujours plus référence qu’au "Gai Savoir" (- un livre à offrir d’office à tout gamin à côté d’Alice au pays des merveilles et du Petit Prince) quand on n’évoque quasiment jamais les paragraphes brillants qui se succèdent dans "Par-delà bien et mal" toujours autant d’actualité.

Ces passages superbes nous expliquent entre autre, que, si nous voulons lutter contre la misère et la guerre, il faut commencer par se battre contre nous-même et tout près de nous, qu’il y a déjà suffisamment à faire comme ça, que ce n’est pas la peine de courir au loin car c'est dans la proximité que réside le vrai courage, que personne n'est responsable de la misère humaine, mais que nous le sommes pour une bonne part de la nôtre et de celle qui nous entoure (- un précurseur du colibri de Pierre Rabhi en quelque sorte)... C’est simple et clair. À la place, on se perd en causeries sur les affres de ce sous-évangile arrogant et mal éclairé qu'est Zarathoustra en le comparant aux exploits des Avengers et c’est bien plus pervers et pernicieux...

(- Portrait de Friedrich Nietzsche par Munch en 1904 et pour la route, un petit coup de 2001, Odyssée de l’espace, de Strauss, et d’Ainsi parlait Zarathoustra…)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires