Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 10 août 2022, jour des machines...

Denis Vallier
(Illustration par Gunduz Aghayev)

(Illustration par Gunduz Aghayev)

Les larrons s'arrangent en général assez bien entre eux pour convenances réciproques et tous les fondamentalismes s'appuient les uns sur les autres. C’est pour cela que nous devons manifester un minimum de reconnaissance envers nos bouffeurs de curés du début du 20ème siècle : ils ont réussi à faire passer quelques lois qui nous en protègent…

Avant qu’on y mette le holà, l'Église a pu ainsi s'appuyer sur l'État et réciproquement pour "contrôler" ses fidèles. L'État, "le plus froid des monstres froids" selon Nietzsche, peut s'appuyer sur le fondamentalisme religieux pour imposer "un ordre moral" bien plus rentable et efficace que toute police. Une nation confessionnelle est indéniablement plus facilement manipulable... Et plus le fondamentalisme est prononcé, plus l'État sera légitimement répressif. Tout cela, relayé par le fondamentalisme judiciaire, tend inéluctablement vers le totalitarisme et, au final, nul n’est à l’abri…

 Nombreux sont les pays de par le monde souffrant encore ouvertement de cette gangrène fondamentaliste et de son corolaire, le totalitarisme. Nous nous imaginons à l’abri en Europe, mais beaucoup plus sournoisement, s’est installé progressivement dans nos contrées un fondamentalisme économique et financier digne de nos plus sinistres dystopies… vue notre évolution et si on se laisse faire, notre monde ressemblera bientôt à l’Antiquité grecque : du haut de leur Olympe, des machines divines nous surveilleront, nous contrôleront, veilleront sur nous dans le moindre détail de notre existence… J’accepte de me faire traiter de complotiste, mais je prends date, nous en avons pris le chemin ! Il n’y a rien de pénible à vivre en dictature, me direz-vous si vous êtes le dictateur, par contre, quand on la subit, la tyrannie, comme l’enfer, se fait difficile à vaincre. Qu’importe… dites-vous que plus dur sera le combat, plus glorieux sera le triomphe : c’est la rareté et la difficulté des choses qui leur confèrent leur valeur et c’est pour ce genre de valeurs que la vie mérite d’être vécue…

(Illustration par Gunduz Aghayev)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires