Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 9 août 2022, jour fondamental...

Denis Vallier
(Photo sinistre de Misha Gordin)

(Photo sinistre de Misha Gordin)

Notre Ministre de l’Intérieur fait de l’expulsion d’un iman virulent et insuportable, une affaire personnelle jusqu'à rajouter une nouvelle loi s'il le faut ... Quel que soit leur bord, comment des personnes intelligentes peuvent-elles sincèrement s’infliger des œillères ? Ne voir que dans une seule direction ? N’accepter qu’une seule vérité ? Est-ce par connerie ou par cynisme ? On peut très bien être à la fois intelligent et un véritable connard : il n’y a pas de pire ennemi de la vérité que le fondamentaliste puisque pour chaque fondamentalisme correspond une vérité différente… On retrouve cette engeance partout : en religion bien sûr, mais aussi en politique, en économie, voire dans le domaine scientifique. Ce virus mental provoque une pandémie autrement plus mortelle que la Covid car rien ne lui échappe, il s'attaque à la pensée, au cerveau, à l'intelligence. L’humour et la raison, les seuls vaccins à disposition, sont impuissants à enrayer ce fléau. Dans cette histoire, c’est effectivement le fond qui manque le moins… Je suppose que vous serez s’accord avec moi : le fondamentaliste, celui qui nous pourrit la vie par son obnubilation, son idéologie et son militantisme, c'est quelqu'un qui pense avec son fondement... mais le constat reste court et superficiel ce qui me décide à creuser un peu ce concept, ce spécimen de sombre humanité.

Préalable : le fondamentaliste est un cynique geôlier qui détient La Vérité. En fait, La Vérité, il s’en contrefiche, elle n’est pour lui qu'une option et cela ne date pas d’hier : "Nous jugeons les choses, non par ce qu'elles sont en elles-mêmes, mais par ce qu'elles sont à notre égard et la vérité et l'utilité ne sont pour nous qu'une même chose " (- selon la "Logique de Port-Royal", d'Antoine Arnauld et Pierre Nicole en 1662 !). D'où l'idée dégueulasse mais très très ancienne que la vérité n'est qu'un outil, une option… demandez à Trump ou à Johnson.

Là-dessus, axiomatique, par définition, le fondamentalisme est d'essence totalitaire étant entendu que le totalitarisme, qui est à la démocratie ce que la dictature est à la monarchie, exige l’adhésion de tous. Toutes les infinités résident dans un simple cercle, il suffit de refermer le cercle… Le pouvoir politique se retrouve assumé par tous dans la perte de l’autonomie de chacun : sous la botte nazie, du nourrisson au centenaire, tout le monde s’est retrouvé totalement engagé dans le combat politique. Les femmes iraniennes ne le savent que trop bien, ayant dû passer par la case "voile" avant l’étape suivante sous le harcèlement constant de bandes de gamins lancés à leur trousse (- nous avons le même processus en cours en modèle réduit dans quelques-uns de nos quartiers). Par soucis d’ordre, le totalitarisme vise à embrasser dans une idéologie unique à la fois le monde et sa propre organisation. Il domine et contrôle totalement et de façon permanente la totalité des individus dans la totalité de leurs existence pour obtenir et conserver l'adhésion et le consentement des dominés en éliminant toute possibilité de dépassement et de remise en cause. Pour parvenir à ce résultat, il est indispensable d’isoler les individus et en atomisant ainsi la société, la force du pouvoir totalitaire est de réussir à faire croire à chacun qu’il est le seul à s’y opposer comme nous l’a si bien expliqué Hannah Arendt. Dans cette histoire, chacun espère sauver sa peau en taisant ses doutes et ses contestations, même si c’est au détriment du voisin et de sa propre liberté.

Certes, ce monde d’amour et de bisounours est toujours aussi violent par nature et le sera encore pour un bon bout de temps mais la seule option qu’on nous accorde est de protéger ceux qui nous sont chers… Du coup, tous les gouvernements usent du même artifice pour imposer leur pires décisions : faites gentiment ce qu’on vous demande sinon vous serez responsables du chaos et des morts qui s’en suivront...  Quel que soit le problème, on ne nous présente la situation que sous ces deux aspects opposés pour nous éviter de penser que d’autres voies sont possibles. Sous cette pression, à chacun de compter ses billes et d’avancer en bonne compagnie : quand on avance, on ne repousse pas ses limites, on se découvre en prenant la tangente hors du cercle…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires