Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 20 novembre 2022, jour d'admiration...

Denis Vallier
(Photo : copyright "Nme")

(Photo : copyright "Nme")

Notre confort et notre paix relative se payent toujours au prix du sang dans quelques guerres ici ou là. Mais quand cette guerre est proche et touche nos semblables, on réalise combien nos conditions de vie sont préférables à celles qu’ils connaissent. D’un instant à l’autre, une frappe criminelle peut faire de vous un SDF si elle ne vous tue pas. Même s’il est profondément pourri, injuste et critiquable, je suis en admiration devant la capacité de notre système actuel à coordonner le travail, les savoir-faire techniques et scientifiques pour faire de nous des désossés soumis et avachis et nous vendre toutes ces merveilles d'une incroyable complexité et dont nous sommes devenus dépendants. Et pourtant, nos écrans si modernes sont archaïquement proposés en pouces…

À ce sujet, il est à relever de temps à autres quelques couacs remarquables prouvant que nos modes de pensées ne suivent pas nos avancées technologiques : en 1999 (- c’est-à-dire deux siècles après que le système métrique ait été adopté en France, puis progressivement dans la majeure partie du monde), la sonde Mars Climate Orbiter s’est écrasée sur la planète rouge en raison d’une confusion par la NASA entre kilomètres et milles… Un incident aussi ridicule qui aura tout de même coûté au bas mot, 150 millions de dollars de l’époque, c’est quand même bête… Avec le Libéria et la Birmanie, les États-Unis se démarquent du reste du monde en faisant partie des trois pays récalcitrants au système international d'unités, qui comprend sept unités fondamentales (- le mètre, le gramme, la seconde, l'ampère, le Kelvin, la mole et la candela). Toujours aussi ambigus, les Anglais tolèrent l’usage du vieux système impérial devenu illégal mais incontournable quand on tient à se distinguer du reste de l’humanité.

Nos archaïsmes sont profonds et bien ancrés… Vous pouvez entendre ici et là quelques bas du casque soutenir qu’il nous suffit de couler les bateaux de migrants pour en être débarrassés, qu’il nous faudrait une bonne guerre et ses quelques centaines de millions de morts pour régler nos problèmes de surpopulation… En dépit de ce genre d’abrutissement, si elle était partagée, une prospérité accrue, un savoir-faire technologique, une abondance de nourriture, la paix, tendraient dans l’idéal à limiter notre accroissement : on le constate dans certains pays vieillissant. Par exemple, le Japon vend plus de couches culottes pour vieillards incontinents que pour bébés… Ils pourraient installer de grands damiers sur leurs places publiques et faire jouer leurs petits vieux : les jaunes contre les marrons. Effectivement, la technologie et une culture flexible pourraient nous en donner les moyens si tout le monde s’y mettait et finalement, à la fin, la population mondiale se stabiliserait (- c’est du moins ce qu’affirment des statisticiens). Bien sûr, il faudrait que nous en ayons tous le souci de par le monde et ce n’est pas gagné, loin de là… En attendant, les maîtres du jeu et des dollars occupent la place et une bonne petite guerre de temps à autres met du beurre dans leurs épinards… et si elle était mondiale, elle leur profiterait encore plus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires