Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 29 novembre 2022, jour endetté...

Denis Vallier
(Illustration par Michel Le Tenier)

(Illustration par Michel Le Tenier)

Nous sommes de grands malades et nous avons de sérieux problèmes… À la surpopulation, à la pollution, à la destruction de nos sols et au dérèglement climatique se rajoute le fait que nous vivons sur le dos des générations futures et c’est loin d’être un détail. Nous vivons à crédit et largement au-dessus de nos moyens en empruntant sans fin : toujours plus d’investissements avec de l’argent que nous inventons ressemble fort à une "cavalerie". Le jour viendra où il n’y aura plus rien de solide où poser le pied dans cette course folle : c’est inexorable mais on continue comme si de rien était. Notre acceptation passive de l’absurdité s’explique par une croyance en des dogmes posés en statuaire qu’une manipulation de l’information nous impose et par des éléments de langage efficaces. Quand je vous le dis que nous avons un problème : le problème, c’est nous…

Nous n’avons plus de gaz russe pour passer l’hiver, mais nous ne manquons pas de résilience (- le mot est dans toutes les bouches) : contraints et forcés par de sinistres perspectives, nous nous dirigeons en trainant les pieds vers un peu plus de sobriété. Les signes sont perceptibles depuis quelques années et cette étape nécessaire et raisonnable va plutôt dans le bon sens… Il nous faut donc l’assumer, être réactifs et nous demander ce que nous allons construire à la place, selon quel agenda, quels secteurs méritent d’être restructurés, quels sont les plus polluants ou les plus énergivores. Il nous faudra ensuite nous orienter vers des secteurs nouveaux qui en émergeront et qui absorberont les emplois libérés : je ne sais pas trop quoi, mais ce pourrait être l’agriculture biologique, l’agriculture urbaine, la transition énergétique, la rénovation thermique…

Mais tout cela est bien gentil… allez faire admettre de se serrer la ceinture à des gens qui, dans le reste du monde, crèvent de faim, de froid ou de chaud par millions !… Ils en redemandent du fioul, du goudron, de la pollution…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires