Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cahier décharge Je ne sais pas ce que c'est, je le saurai quand j'aurai terminé. Et j'aurai terminé quand je saurai ce que c'est.

Page du 31 mars 2020 jour de calme retrouvé.

Denis Vallier
Page du 31 mars 2020 jour de calme retrouvé.
Page du 31 mars 2020 jour de calme retrouvé.

S’il n’y avait pas tous ces morts, on pourrait se réjouir des quelques bienfaits du coronavirus : il supprime ou atténue des désagréments non négligeables qui pourrissaient notre quotidien "en temps de paix". Par exemple, le bruit, la pollution, la surconsommation, le foot, l’étalage de la violence, les faits divers tous plus sordides les uns que les autres qui envahissaient nos écrans en direct et en permanence depuis quelques décennies. Cette violence n’a pas disparu pour autant mais du fait qu’on n’en parle plus elle ne procure plus aucun plaisir à tout sadique qui se cacherait derrière nos...

Page du 20 mars 2020 jour d'Apocalypse Now...

Denis Vallier
Page du 20 mars 2020 jour d'Apocalypse Now...
Page du 20 mars 2020 jour d'Apocalypse Now...

De tous temps, les hommes ont redouté mais aussi aimé la guerre, son état d’exception excitant, l’adrénaline submergeant le corps, tous les tabous abolis, les viols, les butins, les possibles sans limites avec, poussant aux reins, un sentiment de toute puissance jouissif… Belzébuth, "Sa majesté des mouches", cette cruauté originale, est toujours là, juste sous la peau. C’est également le thème d’un des plus grands films de l’histoire du cinéma : "Apocalypse Now" de Francis Ford Coppola. Un commando est chargé de remonter le Mékong pour descendre le colonel Kurtz retourné vivre au fond de la jungle...

Page du 29 mars 2020 jour de sa majesté des mouches...

Denis Vallier
Page du 29 mars 2020 jour de sa majesté des mouches...
Page du 29 mars 2020 jour de sa majesté des mouches...

C’était au temps où il y avait encore des martinets dans le ciel. Ils volaient comme des flèches à la tombée du soir en poussant des cris stridents. Ils piquaient à plus de cent pour s’inscrire dans des courbes parfaites. Pourquoi ai-je saisi cette petite pomme verte dure comme du bois ? Pourquoi l’ai-je lancée à toute volée ? Comment ai-je pu, enfant que j’étais, foudroyer cette beauté en plein vol ? C’était impossible… maintenant que je suis vieux, je cherche encore des réponses et j’ai la gorge qui se noue… L’oiseau était là à quelques mètres, chaud et encore palpitant de trop de vie. Mais un...

Page du 28 mars 2020 jour des ancêtres...

Denis Vallier
Page du 28 mars 2020 jour des ancêtres...
Page du 28 mars 2020 jour des ancêtres...

Épidémie ou pas, la vie n’a pas toujours été aussi rose que ces derniers temps… Pour survivre nos lointains ancêtres on t enduré le chaud, le froid, la faim, la soif, la peur, la souffrance, ils se sont entraidés et ont su protéger leurs enfants puisque nous sommes là à l’évoquer, cela suppose un minimum de compassion et d’empathie mais à part ces belles vertus, le "bon sauvage" des origines tel que l’imagine Jean-Jacques Rousseau est la plus naïve des vues de l’esprit. "Toute origine est obscure" lui répondait Voltaire qui aimait le contredire, il lui aurait conseillé de laisser Lucy faire et...

Page du 27 mars 2020 jour d'hésitation...

Denis Vallier
Page du 27 mars 2020 jour d'hésitation...
Page du 27 mars 2020 jour d'hésitation...

Naître ou ne pas naître ?... "Croissez et multipliez !", l’ordre est soi-disant tombé d’en haut… C’est vrai que pour la plupart d’entre nous, la vie s’organise autour de notre reproduction nous en rendant esclave. À quand une imprimante 3D biologique qu’on soit débarrassés de ce souci ? Pauvres petits hommes maintenant si nombreux… qui, à force de n'avoir pour seul objectif, que de se maintenir au plus haut de la chaîne alimentaire, finiront bien, par se bouffer, les uns, les autres un de ces jours. C’est bien simple, tout se mange, tout ce qui vit est recyclé d’une manière ou d’une autre et la...

Page du 26 mars 2020 jour des galettes bretonne...

Denis Vallier
Page du 26 mars 2020 jour des galettes bretonne...
Page du 26 mars 2020 jour des galettes bretonne...

On a tous eu, à un moment ou un autre, des comportements stupides qui frisent la débilité et certains de nos actes nous ont procurés des regrets, voire même parfois des remords. Qu’il me jette la première pierre celui qui n’a jamais péché, il faudrait être un saint ou un ermite et n’avoir que des mauvaises pensées à combattre pour y échapper totalement tout au long d’une vie. Comme tout un chacun, je me demande encore ce qui a pu me passer par la tête pour commettre un crime aussi impardonnable et cela me laisse perplexe… Ce n’est pas possible d’être aussi bête ! On cherche toujours une raison...

Page du 25 mars 2020 jour du Grand Confinement...

Denis Vallier
Page du 25 mars 2020 jour du Grand Confinement...
Page du 25 mars 2020 jour du Grand Confinement...

Vingt vingt, année du Grand Confinement… Ah ! on s’en souviendra de cette affaire, elle restera gravée dans le marbre. Comme souvent, c’est l’incident qui fait l’Histoire. Dommage que cela nous coûte des vies, le vieux Manu, nous fait pleurer, il ne soufflera plus dans son saxo, mais que de révélations… Des couples vont éclater, des amours se renforcer, des amitiés se nouer par les fenêtres, mais avant tout, que de révélations sur soi-même… Dire que nous n’en sommes qu’à une semaine d’enfermement et nous en avons pour un bon mois au bas mot… Imaginez l’effet multiplié par des milliards de personnes...

Page du 24 mars 2020 jour de Caïn...

Denis Vallier
Page du 24 mars 2020 jour de Caïn...
Page du 24 mars 2020 jour de Caïn...

(Gravure de Gustave Doré) Le combat entre l’intelligence et la connerie remonte sans doute aux origines de notre espèce puisque même si sa valeur historique est hautement discutable, la Bible y fait référence : Caïn, le sédentaire, tue Abel, le nomade. Quelques questions me taraudent depuis l’enfance : pourquoi le Dieu des Juifs, si dur et intransigeant, n’a-t-il pas appliqué la loi du talion à cet assassin et corriger de manière définitive son erreur de nous avoir créés ? Nous serions tous les descendants de cet abruti ? Pourquoi a-t-il condamné son fantôme à nous hanter sans fin ? Sommes-nous...

Page du 23 mars 2020 jour de la troisième révolution...

Denis Vallier
Page du 23 mars 2020 jour de la troisième révolution...
Page du 23 mars 2020 jour de la troisième révolution...

Dessin de Martina Heiduczek ... "Nous sommes en guerre… nous sommes en guerre…" certes, nous avons un virus à éradiquer mais nous aspirons à une paix retrouvée. Nous y goûtons dans cette retraite forcée, dans nos intérieurs calfeutrés, nous éprouvons le besoin des autres dont nous sommes privés comme nous goûtons à une solidarité retrouvée elle aussi, de celle qui maille par maille retricote un peuple puisque nous avons le temps de nous remettre à nos aiguilles. Mais derrière ce calme apparent, une volonté s’impose : "Plus jamais ça !" Tant d’erreurs accumulées que nous avons laissées commettre…...

Page du 22 mars 2020 jour de ciel bleu...

Denis Vallier
Page du 22 mars 2020 jour de ciel bleu...
Page du 22 mars 2020 jour de ciel bleu...

On rigole, on rigole, et pendant ce temps-là, des gens meurent… l’heure est grave mais pas seulement sur le plan sanitaire, le monde bouge et vacille sur ses bases… Et dans le même temps que le virus accomplit son œuvre, la pollution tue beaucoup moins. De mémoire d’homme, jamais l’air n’a été aussi respirable, jamais le ciel n’a été aussi bleu, pas la moindre trace d’avion, rien que des oiseaux… Le ciel est bleu et nous sommes confinés, nous en profitons pour enfin prendre soin de nous, de nos proches, nous repeignons nos intérieurs en essayant de calmer ces fichus gosses. Et pendant ce temps-là,...

Page du 21 mars 2020 jour du pangolin...

Denis Vallier
Page du 21 mars 2020 jour du pangolin...
Page du 21 mars 2020 jour du pangolin...

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) se manifeste par une tache noire proche de l’axe de vision qui déforme et supprime tout un pan de la réalité. C’est le même effet que la connerie. Il y a de ça quelques années, l’armée stockait dans ses considérables réserves sanitaires des milliards de masques stériles dont elle ne faisait rien. Des coupes sombres dans les budgets l’ont obligée à des choix et ils n’ont pas été renouvelés quand ils sont arrivés à péremption, il a fallu les détruire… Collectivement, notre peuple avait du génie et puis, progressivement, nous nous sommes abrutis. C’est...

Page du 20 mars 2020 jour des rois des cons...

Denis Vallier
Page du 20 mars 2020 jour des rois des cons...
Page du 20 mars 2020 jour des rois des cons...

On a eu de tout comme rois de France, statistiquement c’est assez normal puisque cette fonction de chef mafieux vous tombe dessus sans votre avis. On a eu des fainéants, des brefs, des grands, des gros, des pieux, des débonnaires, des simples, des batailleurs, des chauves, des bègues, des prudents, des saints, des justes, des soleils, mais on ne disait jamais qu’ils étaient cons. Et pourtant, le roi des cons est particulièrement populaire. Celui-ci s’est attaché à mille ballons de baudruche et son corps n’a été retrouvé que trois mois plus tard, cet autre voulait prouver on ne sait trop comment...

Page du 19 mars 2020 jour de grandeur et décadence...

Denis Vallier
Page du 19 mars 2020 jour de grandeur et décadence...
Page du 19 mars 2020 jour de grandeur et décadence...

Pauvre France, tu n’es plus que l’ombre de toi-même… on t’a longtemps trouvé du génie, ton goût, ta mode, ton talent, ton système social, ton système de santé faisaient des envieux et puis, grandeur et décadence, nous nous sommes assis devant TF1 en tripotant nos smartphones. Nous avions de l’intelligence mais où est-elle passée ? Vous n’auriez pas de ses nouvelles par hasard ? Vous ne voyez pas de quoi je parle ? Je ne m’en souviens plus guère moi non plus et je ne saurais trop vous la décrire. De toute façon, comment définir l’intelligence sans dire de connerie ? Elle prenait tant de formes différentes,...

Page du 18 mars 2020 jour de confinement...

Denis Vallier
Page du 18 mars 2020 jour de confinement...
Page du 18 mars 2020 jour de confinement...

Nous voilà confinés…Ce ne sera pas tous les jours facile de rester enfermé chez soi, de se couper des proches et des amis, de s’imposer le port d’un bracelet électronique virtuel : on rue dans les brancards quand on nous restreint notre liberté de mouvement, c’est le principe de la prison, mais mieux vaut être confiné que con fini. La compassion et le raison nous imposent ce devoir civique ; à lire les commentaires sur les réseaux sociaux ce n’est manifestement pas l’avis de tout le monde... Ils ne volent pas bien haut et sont très loin de la poésie et de l’imagination des "Brèves de comptoir"...

Page du 17 mars 2020 jour de si peu d'imagination...

Denis Vallier
Page du 17 mars 2020 jour de si peu d'imagination...
Page du 17 mars 2020 jour de si peu d'imagination...

Le 20 ème siècle a vu le pire et le meilleur, mais en tout cas, il a été, et de loin, le plus sanglant de notre Histoire. Avec les moyens dont nous disposons actuellement, la question du mal change de nature. Il évolue lui aussi : ce n’est plus le mal dont Dostoïevski a souffert si intensément. Même des années plus tard, il pouvait se représenter l’attente équivoque du peloton d’exécution qui allait le fusiller, la bouche des canons pointés sur lui, les tensions des doigts sur les détentes. On a cru un moment qu’après quelques guerres, une demi-douzaine de génocides, plusieurs milliers d’attentats,...

Page du 16 mars 2020 jour menaçant...

Denis Vallier
Page du 16 mars 2020 jour menaçant...
Page du 16 mars 2020 jour menaçant...

Le monde va sur son aire en toussant et nous, confinés, nous tournons, nous bricolons, nous crions après les gosses, nous en mettons d’autres en route, nous éternuons, nous votons, nous tapotons nos smartphones, nous télévisons et même, nous lisons… et oui, nous lisons, nous ressortons de vieux bouquins pour ne pas terminer cons finis. Je suis tombé sur un livre de Rousseau. Curieux comme sa pensée nous accompagne et demeure bien actuelle au 21ème siècle : il faut garder en vue qu’il était un brin dérangé, pas mal parano et que sa grande gueule ne détonnerait pas dans le paysage médiatique actuel...

Page du 15 mars 2020 jour de compassion...

Denis Vallier
Page du 15 mars 2020 jour de compassion...
Page du 15 mars 2020 jour de compassion...

"C’est un mal pour un bien"… "A quelque chose malheur est bon"…Est-il malgré tout possible de raisonner de façon à justifier le mal quand on a connu Auschwitz, Hiroshima et le goulag ? Un mal peut-il être nécessaire ? Le pire peut-il engendrer le meilleur ? Un virus peut-il nous faire entendre raison ? Pendant qu’Hegel pensait que "voir le mal, c’est mal voir", que les douleurs individuelles sont solubles dans la perspective de la raison dans l’Histoire, dans le déploiement de l’esprit objectif, qu’il ne faut pas regarder l’Histoire par le trou de la serrure, que "toutes les rivières se réconcilient...

Page du 14 mars 2020 jour d'apocalypse...

Denis Vallier
Page du 14 mars 2020 jour d'apocalypse...
Page du 14 mars 2020 jour d'apocalypse...

A po calypse des mots des mots des morts des mots des morts des corps décors de ruines douleurs et cendres et murs miroir de sable vitrifié puisque le ciel si dur si vide sans absolu n’est plus qu’un trou noir dans l’absurde dans la cruauté sans limite des hommes de leurs démons de feu des armes des bombes des usines des machines des débris qui inondent submergent la terre sous un avenir de larmes et de sang (Illustration de Georgi Ivanov Ivanov)

Page du 13 mars 2020 jour d'Yvan Karamazov...

Denis Vallier
Page du 13 mars 2020 jour d'Yvan Karamazov...
Page du 13 mars 2020 jour d'Yvan Karamazov...

Nick Ut - La petite fille brûlée au napalm... L’enfance qui vit chaque instant comme s’il était le premier n’est pas forcément la période la plus belle de la vie, mais ce qui est peut-être la chose la plus belle de la vie, c’est de se souvenir de l’enfance qui recule toujours plus loin derrière l’horizon. L’enfance aux questions infinies nous imprègne, elle est précieuse, elle est sacrée. On l’associe à la joie, aux jeux, aux rires et à l’innocence, la voir souffrir est intolérable. Yvan, l’un des frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski, nous explique sa rébellion en nous confiant à peu près en...

Page du 12 mas 2020 jour du Totalitarisme...

Denis Vallier
Page du 12 mas 2020 jour du Totalitarisme...
Page du 12 mas 2020 jour du Totalitarisme...

Quand je suis seul et silencieux, mon esprit vagabonde ou bien se focalise sur telle ou telle réflexion, j’ai vraiment le sentiment de me parler à moi-même même si cela va bien souvent au-delà de tout langage. Ce dialogue se prolonge en toute situation et très souvent, j’éprouve un dédoublement à me regarder penser et agir. Il m’écarte mes œillères et me permet une autocritique raisonnable. Rassurez-vous, monsieur l’infirmier, depuis que je prends mes médicaments, nous allons beaucoup mieux… Depuis Socrate et Platon on considère que la pensée n’est pas autre chose que ce dialogue silencieux qui...

Page du 11 mars 2020 jour de mise au point...

Denis Vallier
Page du 11 mars 2020 jour de mise au point...
Page du 11 mars 2020 jour de mise au point...

Hannah Arendt nous a laissé une brillante analyse du procès d’Eichmann en 1961, elle incite à la réflexion sur la condition humaine et sa nature, sur nos sociétés dans leur ensemble et la structuration des états totalitaires en particulier. Mais, de la profondeur de cette pensée, la communauté juive de l’époque n’a voulu retenir qu’un détail de son histoire : sa dénonciation du comportement des kapos juifs dans les camps, ces petits chefs si redoutés. Elle-même était passée par un camp en France et elle savait de quoi elle parlait (- elle fut chassée d’Allemagne parce qu’elle n’était plus considérée...

Page du 10 mars 2020 jour du procès...

Denis Vallier
Page du 10 mars 2020 jour du procès...
Page du 10 mars 2020 jour du procès...

En avril 61, Hannah Arendt couvrit le procès d’Eichmann à Jérusalem pour un journal new-yorkais. Ce qui la frappa le plus dans cette histoire tragique, ce fut l’extraordinaire écart entre la cruauté monstrueuse des actes commis et la médiocrité de la personne qu’elle avait en face d’elle. Elle résume clairement cette surprise dans le titre de son texte : "Eichmann à Jérusalem : rapport sur la banalité du mal". On aurait tendance à prêter au mal d’une telle ampleur à l’échelle industrielle, une dimension satanique comme si c’était l’œuvre du Diable en personne et on se retrouve devant un fade fonctionnaire...

Page du 9 mars 2020 jour des monstres virginaux...

Denis Vallier
Page du 9 mars 2020 jour des monstres virginaux...
Page du 9 mars 2020 jour des monstres virginaux...

Que l’on soit bébé vagissant, jeune fille en fleur ou vieillard cacochyme, nous sommes des monstres et Kafka en avait pleine conscience. L’innocence, la pureté, la sagesse, ne pèsent guère lourd face à la réalité de notre engeance, ce ne sont que des idées que nous nous faisons, des mythes que nous poursuivons, des histoires que nous nous racontons par SMS le soir devant la télé. Nous prônons l’amour comme la valeur suprême mais même les pires crapules aiment leurs pitbulls… On s’imagine volontiers vertueux… quand est-ce la dernière fois où l’on a fait du mal à une mouche ? Il y a pourtant un décalage...

Page du 8 mars 2020 jour des bons, des brutes et des truands...

Denis Vallier
Page du 8 mars 2020 jour des bons, des brutes et des truands...
Page du 8 mars 2020 jour des bons, des brutes et des truands...

Dans les westerns américains classiques, la vie est simple : les héros ne sont jamais fatigués et à la fin, le gentil tue le méchant. Mais dans les "westerns spaghettis" de Sergio Leone, tant décriés par la critique à leurs sorties, les choses se compliquent : il peut y avoir des bons, des brutes et des truands, mais les rôles sont beaucoup moins bien définis. Ses films sont devenus cultes et la musique d’Ennio Morricone n’y est pas étrangère. Au final, il avait bien raison, les choses ne sont jamais aussi simples. Que l’on soit politicien, fonctionnaire ou épicier, quand on se fait prendre la...

Page du 7 mars 2020 jour de connerie poétique...

Denis Vallier
Page du 7 mars 2020 jour de connerie poétique...
Page du 7 mars 2020 jour de connerie poétique...

Cons de tous les pays, dispersez-vous ! Un con jaune est un con, tournesol ou citron, Pour les cons de la Terre, il n'y a pas de frontière ! Hou-Chi Yang est un con Qui ne peut pas bander Sans laper sa potion Aux bébés cétacés. Si un jour il venait A manquer de baleine, A coup sûr, il boirait Du sperme de murène ! Un con blanc est un con, Blanche-Neige ou coton Pour les cons de la Terre, il n'y pas de frontière ! Théodore est un con Qui nettoie sa bagnole Et balance des gnons A sa femme, Carole. Il attend le gros lot Pour partir à Bali. Le gagnant du Loto, Ce sera bientôt lui ! Un con noir est...

1 2 > >>